Le mariage, à la lumière du Coran

Temps de lecture estimé : <1 min.

Au commencement, Adam et Hawa nous ont ouvert la voie de l’union la plus sacrée et la plus grandiose connue sur Terre : le mariage. Depuis, de génération en génération, nous nous marions. Partout autour de nous, on assiste à des mariages, on voit des couples mariés. On a des enfants, ou nous aurons des enfants, qui voudront se marier. Il y a aussi des personnes qui souhaitent se marier, ou qui viennent de divorcer, qui souhaitent se remarier ou non. Le mariage est partout autour de nous, et ce n’est pas étonnant, car c’est de là que tout a commencé. Mais à l’ère où les divorces se multiplient, où les mariages sont de moins en moins heureux, il devient plus que nécessaire, lorsqu’on perd son chemin, de revenir là d’où l’on vient : vers notre Coran. Alors, voyons ensemble le mariage dans le Coran, et ce qu’il nous révèle.

Sommaire

Les versets qui ont motivé cet article

Parmi Ses signes: Il vous a créés de terre, puis, vous voilà des hommes qui se dispersent dans le monde
Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des conjoints pour que vous viviez en tranquillité avec eux et Il a mis entre vous de la mawadda et de la rahma. Il y a en cela des preuves pour des gens qui réfléchissent.
Et parmi Ses signes, la création des cieux et de la terre et la variété de vos langues et de vos couleurs. Il y a en cela des preuves pour les savants.
Et parmi Ses signes votre sommeil la nuit et le jour, et aussi votre quête de Sa grâce. Il y a en cela des preuves pour des gens qui entendent.
Et parmi Ses signes Il vous montre l’éclair avec la crainte de la foudre et espoir de la pluie, et fait descendre du ciel une eau avec laquelle Il redonne la vie à la terre après sa mort. Il y a en cela des preuves pour des gens qui raisonnent.
Et parmi Ses signes le ciel et la terre sont maintenus par Son ordre; ensuite lorsqu’Il vous appellera d’un seul appel, voilà que de la terre vous surgirez.
À Lui tous ceux qui sont dans les cieux et la terre: tous Lui sont entièrement soumis.

– Sourate Ar Rum — ayat 20 à 26

Ici, il n’y a que la ayah 21 qui parle de mariage. Cependant, Allah ﷻ a inscrit cette ayah au milieu de plusieurs ayat où Il mentionne les uns après les autres des signes, des preuves, des miracles. Le cas du mariage en tant que tel n’est pas le premier. Du moins pour le comprendre, il faut l’inscrire dans une continuité.

On ne va pas s’attarder sur chacune de ces ayat car il faudrait un article pour chacune. Mais j’ai trouvé utile et intéressant de remettre cette chronologie comme Allah ﷻ l’a mise et pas seulement prendre cette ayah de manière isolée.

Par correction, par respect pour l’intellect qu’Allah ﷻ nous demande d’avoir pour le Coran, c’est important lorsque tu vois un bloc, une continuité, un récit complet, de le prendre dans sa globalité avant de le prendre en détails.

Ici, dans la globalité, c’est plusieurs signes qui sont mentionnés. La phrase « Et parmi ces signes » est répétée plusieurs fois. C’est le cas de 6 ayat consécutives où Allah ﷻ parle des signes, de la création, l’alternance entre le jour et la nuit, la différence et la variété de nos langages, de nos couleurs, etc. Allah ﷻ mentionne donc plusieurs signes, et à l’intérieur, Il parle du mariage.

Si l’on regarde bien, la sourate Ar-Rum commence par un contexte de guerre, de la guerre et de la victoire contre les Romains. C’est un sujet fort. Puis, Allah ﷻ va parler de ces signes-là, notamment le mariage. Bien évidemment, tout a une logique dans le Coran. Si tu lis la sourate dans son entièreté, tu regardes les différents sujets qui sont abordés, tout se recoupe à peu près vers la cohésion, l’unité. C’est une information capitale.

Le mariage, la première union connue

C’est au milieu de tout ça qu’Allah ﷻ positionne l’union la plus sacrée sur Terre puisque c’est la première qui a été connue. En plus, c’est une union qui a été faite au Paradis !

Un mariage, c’est un peu comme ce bonheur perdu que l’on a tous l’impression de rechercher, mais qui n’est pas sur Terre. C’est normal, car à la base nous sommes des habitants du Paradis et c’est ce que l’on s’efforce de retrouver. Ce mariage-là, que l’on voit comme quelque chose de terrestre et que l’on a tendance à minimiser, procure du bonheur quand il est bien mené.

Alors, pourquoi il suscite énormément d’enjeux et est à l’origine de beaucoup de problèmes lorsque les règles ne sont pas respectées ? Pourquoi le mariage est si grandiose ? C’est parce que la première fois qu’il a été scellé, c’était avec les premiers êtres humains, au Paradis. C’est la première relation entre deux êtres humains !

À partir de là, on se dit que c’est tout à fait logique qu’Allah ﷻ parle du mariage comme d’un « mithaq al ghalid ». C’est un terme qui est difficile à traduire, c’est un pacte solennel, un contrat que l’on se doit de faire correctement, au risque de faire un affront à Allah ﷻ.

Ce mariage nous relie directement à notre histoire, à nos origines, à nos parents Adam et Hawa ainsi qu’à leur union.

La guerre… puis la paix

La sourate commence donc par la guerre, un contexte particulier. Mais là, on va parler de paix, de sakina, d’apaisement dans un foyer, dans un mariage. C’est comme pour rappeler que si tu es en paix chez toi, dans ton mariage, cette sérénité, cette sakina, s’expand :

  • dans ta famille,
  • dans ta descendance,
  • sur ton lieu de travail,
  • sur tes agissements,
  • sur les autres, etc.

Petit à petit, si tout le monde y met du sien, cette sakina se diffuse à grande échelle.

Et à l’inverse, s’il n’y a pas cette sakina qu’Allah ﷻ demande dans un mariage à la base des bases, le problème de base ne reste pas qu’au foyer. On a tort de penser que les problèmes dans un couple n’influencent que le couple. Absolument pas ! À plus grande échelle, ça influence la société.

Les crimes qui arrivent dans le monde, les problèmes à grande échelle, démarrent toujours d’un déséquilibre, d’un problème, d’un manque de sakina, quelque part. En effet, celui qui a de la sakina est incapable de s’adonner à des crimes, semer la corruption sur Terre. Là où il y a de la sakina, il ne peut pas y avoir de crimes, de perturbations profondes.

Le mariage d’Adam et Hawa

Cette ayah 21, c’est celle de l’Humanité. Ce n’est pas qu’un couple. C’est un rappel de notre propre origine, notre propre création. Déjà, à l’échelle de nos parents, puis à l’échelle de nos grands-parents, Adam et Hawa. Aujourd’hui, quand on pense à leur union, c’est indéniablement de manière heureuse, attendrie et bienveillante.

Rappelle-toi toujours que lorsque Adam a été créé, il avait tous les privilèges que quelqu’un peut espérer :

  • Il a vécu au paradis.
  • Allah ﷻ a demandé à tous les anges de se prosterner devant Lui.
  • Allah ﷻ a demandé à Adam d’enseigner aux anges le nom de toute chose. Il est donc devenu leur enseignant.
  • Il lui a dit de vivre au paradis comme il le voulait.
  • Il avait aussi le privilège d’avoir un contact direct avec Allah ﷻ, quand il le voulait.

Ce sont beaucoup de privilèges : la science, la considération, le fait d’être un maître, le fait d’avoir le meilleur lieu de vie. Dans tout cela, Adam a demandé à Allah ﷻ la compagnie de quelqu’un. Sa sakina, sa quiétude, sa paix, sa tranquillité n’était pas optimale.

Le besoin de compagnie

À travers ce manque, Allah ﷻ a voulu lui montrer, nous montrer que nous avons besoin les uns des autres. Non pas que nous sommes des moitiés de personnes quand nous sommes seuls. D’ailleurs, le Prophète ﷺ parle du mariage pour compléter la moitié de la religion, pas la moitié de soi.

Ce qui naît d’un mariage en termes de tremplin spirituel, de rapprochement d’Allah ﷻ, ce n’est pas possible en dehors du mariage. Pour ceux et celles qui sont mariés, il suffit d’analyser et de se rendre compte : il y a des facettes de nous, des aspects à l’intérieur de nous, que nous découvrons uniquement dans le mariage.

On n’aura avec personne d’autre ce qu’on a dans l’intimité d’un mariage. On a beau être très proches de nos parents, il y a des facettes de nous qu’ils ne peuvent pas voir, car pour cela il faudrait être dans une intimité extrême. Mais il y a des limites et une pudeur avec nos parents. Idem avec nos enfants, nos frères et sœurs, et encore plus avec ceux qui n’ont pas de lien de parenté avec nous.

C’est dans le cadre du mariage où l’on est complètement à nu devant quelqu’un d’autre :

  • émotionnellement,
  • physiquement,
  • spirituellement,
  • humainement.

Se connaître soi-même à travers le mariage

Ce quelqu’un d’autre voit de nous des choses qu’on ne peut pas exprimer en dehors de ce cadre-là. C’est donc dans ce cadre-là que l’on complète la moitié de notre religion. Je ne peux pas parfaire mon caractère, comme le Messager d’Allah ﷺ l’a dit :

Je n’ai été envoyé que pour parfaire les beaux caractères.

Comment je peux parfaire un caractère si je ne sais pas que j’ai ce caractère ? Il y a des parties de mon caractère qui ne s’exprimeront que dans mon mariage. Encore plus si je deviens maman ou papa. Je découvre alors encore d’autres facettes de moi, que je ne soupçonnais pas, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. C’est pareil pour le conjoint, la conjointe.

J’ai donc besoin de savoir complètement qui je suis, pour pouvoir m’améliorer, m’élever auprès d’Allah ﷻ. Si j’ai des tares en moi et que je n’ai jamais eu l’occasion de m’en rendre compte tellement c’était subtil, caché, comment je vais les améliorer ? Je vais rencontrer Allah ﷻ sans m’être connu à 100 %. Et celui qui connaît bien son Rabb se connaît bien lui-même. Celui qui se connaît bien lui connaît bien son Rabb. Les deux sont liés.

Si je veux bien me connaître, il faut que j’accepte qu’Allah ﷻ ait créé des espaces pour que je puisse m’épanouir et que je puisse être moi-même. Le mariage fait partie de ces espaces de sécurité pour le faire. Bien sûr, il y a des mariages où c’est compliqué, d’autres moins.

Le mariage dans le Coran : les ingrédients qu’il nous donne

Je vais me concentrer sur les ingrédients que le Coran nous donne pour que ce mariage-là soit le mariage qu’il faudrait, ou s’en rapproche. On s’en rendra compte rapidement que lorsque cet ingrédient n’est pas respecté, la porte à tous les problèmes est ouverte.

En effet, le véritable but du mariage, mentionné par Allah ﷻ, n’est pas respecté lorsque je vois que :

  • J’ai un problème à un moment donné dans mon mariage ;
  • Je rencontre des difficultés dans mon mariage ;
  • Je n’arrive pas à me marier.

A contrario, lorsque c’est respecté :

  • On choisit la bonne personne ;
  • On sait maintenir le lien avec cette personne ;
  • On sait retrouver son chemin après un désaccord;
  • J’ai un cadre sécuritaire pour m’épanouir, pour fonder une famille, car je suis avec la bonne personne.

Et la guidée appartient, bien-sûr, à Allah ﷻ.

Les piliers du mariage dans le Coran

Il n’y a que très peu de passages qui parlent du mariage dans le Coran. Mais le peu de ayat qui en parlent sont très fortes. Ce sont des versets que je vois comme des piliers. Certains détails ne sont pas mentionnés, on les trouve dans la sunnah.

Cependant, si l’on ne trouvait pas certains de ces piliers du mariage dans le Coran, les détails ne serviraient à rien. Il y a certaines bases, si elles ne sont pas là, ce n’est pas la peine de chercher :

  • le montant de la dote
  • à quel point l’époux doit prendre en charge financièrement la maison
  • comment la femme doit s’investir dans son foyer, etc.

⇒ D’ailleurs, nous verrons prochainement ce qui est attendu de la femme et de l’homme, dans le cadre du mariage dans le Coran.

Souvent, cette ayah n’est pas comprise en profondeur. Généralement, lorsqu’on évoque les fondements du mariage, on a l’habitude d’entendre qu’Allah ﷻ nous a demandé trois choses :

  • la sakina
  • la mawadda
  • la rahma

La sakina

La sakina, de la racine س ك ن –  sa ka na, désigne plusieurs choses :

  • la paix
  • la sérénité
  • la notion d’un arrêt,
  • un endroit où l’on se stoppe, on ralentit,
  • on fait littéralement un break,
  • un habitat.

C’est très beau, car finalement, là où l’on habite, c’est là où l’on s’arrête.

Parfois, la traduction mentionne, en parlant des épouses :

« pour que vous trouviez la tranquillité auprès d’elles »

Cependant, ça peut être une erreur de traduction. Quand on regarde dans différents tafsir comme ceux d’Al Razî, Ibn Ashour, At Tabarani, c’est bien compris que quand Allah ﷻ parle d’azwaja – أَزْوَٰجًۭا , il est fait mention de conjoint ou conjointe. En effet, azwaja – أَزْوَٰجًۭا c’est le pluriel de zawj, qui peut être masculin ou féminin.

« Auprès d’elles », pourtant il est écrit ilayha – إِلَيْهَا  qui est une marque du singulier féminin. C’est l’accord qu’on donne lorsqu’on parle de plusieurs choses au pluriel. Ici, que le terme ilayha – إِلَيْهَا ne nous induise pas en erreur en pensant qu’Allah ﷻ ne parle que des femmes. Non, c’est dans les deux sens.

D’ailleurs, après, Il dit :

وَجَعَلَ بَيْنَكُم مَّوَدَّةًۭ وَرَحْمَةً

Wa Ja`ala Baynakum Mawaddatan Wa Rahmatan

Et Il a mis entre vous la mawadda et la rahma.

C’est donc logique que ce soit des deux côtés.

Cette paix est donc complète. C’est une paix en termes de :

  • mouvements corporels,
  • état d’esprit,
  • émotion,
  • lieu.

On dirait que les 5 sens se reposent.

La mawadda

C’est un amour très intense, passionnel, très concentré et sain. Cet amour, c’est celui qui va être présent dans les tout premiers temps du mariage. Il est nécessaire pour poser le socle.

C’est une forme d’amour qui se détend sur le temps, il y a moins de passion au bout d’un moment. En effet, la vie de couple, les enfants, le travail, la famille, etc. ont raison de l’effet « lune de miel ». Ce n’est pas un mal d’ailleurs.

Allah ﷻ fait suivre alors le deuxième amour : la rahma

La rahma

Un amour expansif, durable, bienveillant. C’est l’amour entre une mère et son enfant. Rahma, c’est comme cet amour qui nait de la matrice de la femme au moment où elle donne naissance. Cet amour est durable. Même si je suis fâché, je continue de prendre soin de lui ou d’elle.

Je peux être fachée car mon enfant a fait une bêtise, pourtant je ne vais pas m’arrêter d’être sa mère pour autant. Je continue de nourrir cet amour. Les choses que je veux pour moi-même, je les veux pour toi, malgré les moments où je suis agacée… Il n’y a que la rahma qui peut donner un tel résultat.

J’aime voir mawadda comme un traitement d’attaque ! Ça doit être intense, puis ça va s’éssouffler et diminuer dans le temps. Puis, il y a un traitement de fond, la rahma. C’est alors très doux, régulier. Mais tout ça, ça s’entretient.

La sakina, l’objectif du mariage dans le Coran

On a défini les termes employés par Allah ﷻ dans cette ayah. En général, quand on parle de cette ayah on dit qu’il faut cultiver entre les époux la sakina, la mawadda, la rahma, que le mariage c’est fait pour cela. Ce n’est pas faux, mais ce n’est pas tout à fait juste, dans les termes qu’Allah ﷻ a employés.

En effet, Allah ﷻ dit qu’Il a créé de nous (se réfère au fait que l’on est issu d’une famille, d’une lignée, jusqu’à Adam), pour nous, لِّتَسْكُنُوٓا۟ –  li taskounou, dans le but que vous viviez la sakina entre vous. Avec tout ce que nous avons vu sur ce qu’englobe la sakina.

Allah ﷻ a donc donné ce but là. Ce qu’Allah ﷻ est en train de nous dire, c’est que tout le travail et tout l’effort qu’Il nous demande de fournir, c’est sur cette sakina. Et cela, ça se passe avant le mariage.

Trouver sa paix… avant le mariage !

Avant le mariage, durant les premiers pourparlers avec la personne, les mouqabala, il est courant d’évoquer beaucoup de sujets. Cependant, la trame de fond c’est la sakina.

L’unique but, c’est pour que l’on soit en paix. Je dois donc rechercher ce que l’autre peut m’apporter en termes de paix. Finalement, les rencontres et les discussions entre les futurs époux devraient se centrer autour de ce thème-là. Si ce sujet est réglé, tout en découle par la suite.

Ainsi, les questions que tu devrais poser à la personne en face, et qu’elle doit te poser aussi c’est :

« Quelle est ta définition de sakina ? »

« Qu’est-ce que l’autre doit faire pour que tu te sentes en paix ? »

« C’est quoi la paix pour toi ? »

Pour répondre à cette question, il faut que toi-même tu sois au clair sur ta paix. Tu vas te rendre le plus grand service par rapport au mariage si tu sais répondre à cette question.

Chacun a son propre rapport à la paix. Pour certains ça va être :

  • être au calme
  • ne pas courir
  • entendre des paroles rassurantes
  • pouvoir rire souvent
  • exprimer ma créativité
  • pouvoir être moi-même
  • être honnête avec moi
  • pouvoir dire les choses sans avoir peur de représailles, etc.

En fait, tout ça, c’est toi qui peux le définir. Ta paix n’est pas la paix de l’autre.

Tu dois définir ce que tu dois faire, ou ce que les autres doivent faire pour que tu te sentes dans la sakina :

  • calme
  • comme si j’étais chez moi
  • apaisée

Ce n’est donc pas une question facile.

Le jour où je me suis posée cette question, j’ai eu l’impression de répondre à la question la plus difficile sur Terre. J’avais l’impression d’être devant une feuille blanche, et d’être incapable d’écrire ce qu’était la sakina pour moi. Pourtant, c’est une question simple, mais elle me paraissait dure, car pour cela il fallait que je creuse en moi et que je me questionne.

Cependant, lorsque ce travail est fait, qu’est-ce que c’est agréable par la suite ! Alors, il ne faut pas hésiter à le faire, et notamment à appeler Allah ﷻ en renfort pour cela.

Allah ﷻ te connait mieux que tu ne te connais. Donc avant même de vouloir répondre à cette question, demande à Allah ﷻ de te le dire !

Ya Allah ﷻ tu me connais, fais-moi vivre cette paix, fais-moi sentir les ingrédients qui signifient la paix pour moi, donne-moi ces réponses, et fais-les-moi vivre pour que je m’en rappelle.

Lorsque tu es au clair avec cette question, tu seras capable de donner les réponses.

On peut faire un parallèle entre un entretien d’embauche et le mariage. Si avant un entretien d’embauche tu arrives sans référence, sans CV, sans avoir récapitulé ton parcours, ce sera difficile. Et si tu es quand même embauché, tu le seras sans avoir présenté ton parcours, ce qui compte pour toi, etc. Donc pour le mariage, c’est la même chose.

Les étapes pour une mouqabala efficace

Il ne faut pas beaucoup s’éparpiller. Ça passe simplement par quelques étapes :

  1. Apprendre ce qu’est la sakina pour soi,
  2. L’exposer à l’autre,
  3. Questionner l’autre sur sa sakina,
  4. Se demander si les deux définitions de sakina sont compatibles.

Alors, l’autre personne peut répondre à ma sakina ? Puis je répondre à sa définition de la sakina ? En procédant ainsi, ça sera beaucoup plus facile de savoir si les choses vont matcher ou non.

À travers cet exercice, Allah ﷻ nous protège, nous et notre cœur. Il nous aide à rester focus sur l’essentiel et ne pas s’éparpiller, parfois sur des détails. On a des mouqabala où des tonnes de questions sont posées, mais cette notion de sakina n’a pas été travaillée, ou abordée. Finalement, tout peut tomber à l’eau, car on se rend compte que l’essentiel n’a pas été fait.

Allah ﷻ mentionne un pilier. Si tu le retires, tout s’écroule.

Ensuite, les autres discussions pourront être abordées, et tu garderas alors « tes lunettes » de sakina. Comment est-ce que cette personne :

  • … aborde l’argent ?
  • … vit avec sa famille ?
  • … se comporte au travail ?
  • … gère ses relations amicales ?

Et après ?

Les réponses à ces questions vont te permettre de savoir si ce que tu entends te procure de la sakina ou non. Par exemple, si la personne dit faire une chose qui te donne un sentiment d’inconfort, ça risque d’être encore plus amplifié après le mariage.

Allah ﷻ nous a montré des signaux, des red flags, mais qu’on a voulu voir ou non. On se dit même que ce n’est pas grave ou que l’on va changer la personne. Finalement, à chaque fois qu’il y a ensuite des conflits et que l’on arrive plus à supporter certaines choses, on se rend compte qu’on les avait vues avant le mariage, mais on les avait minimisées.

Il y a différents paramètres :

  • Si certaines qualités sont absentes, ça enfreint complètement ta sakina = c’est éliminatoire !
  • Si la personne possède certaines choses = c’est du bonus.
  • Si la personne a certaines choses = c’est aussi éliminatoire.

Ce barème varie d’une personne à l’autre. Certaines choses vont se gérer en fonction de la culture, du lieu où l’on a grandi, de la famille ou de la compréhension du monde. C’est énormément de paramètres, mais Allah ﷻ nous dit de nous concentrer sur notre notion de sakina, chacun de notre côté.

D’ailleurs, comment Allah ﷻ te répond lorsque tu fais la prière de consultation (salat al-istikhara) ? Soit les choses sont facilitées, soit elles se compliquent et deviennent de plus en plus inconfortables. Ces signes agissent sur ta notion de sakina.

Pourquoi autant de divorces dans la communauté musulmane ?

Rappelle-toi, cette ayah est mentionnée dans la sourate Ar-Rum. Une sourate qui parle de la guerre. Ainsi, cela signifie que si cette sakina n’est pas respectée, on crée un terrain propice aux désaccords, aux conflits, même aux crimes. On peut créer des guerres avec des foyers qui ne sont pas heureux, et qui sont aux antipodes de la sakina.

Dans une société, lorsque ça va au sein des couples, on crée autour de nous de :

  • la quiétude
  • l’apaisement
  • la sérénité

D’ailleurs, les pays les plus heureux sur Terre, où il y a moins de conflits et où ils se considèrent comme étant les plus heureux. Et ce ne sont pas les plus riches. Regarde alors comment ça se passe là-bas.

Aujourd’hui, dans notre religion, on fait partie de ceux qui ont le plus de divorces. C’est plus de la moitié des couples. C’est énorme. À mon échelle, je constate que c’est l’éloignement (voire l’oubli) des règles fondamentales qui cause un déséquilibre.

Honnêtement, combien de foyers peuvent attester être en totale sakina ?

Allah ﷻ est capable de tout. Cependant, Il change l’état d’un peuple lorsqu’il veut se changer lui-même. Et j’ose espérer que nous sommes une communauté qui veut s’améliorer. Comme le Prophète ﷺ l’a dit, nous sommes une communauté qui parfait ses beaux caractères.

Le cadeau de mariage de la part d’Allah ﷻ

Allah ﷻ dit que notre part à nous dans le mariage, c’est la sakina. Ça doit être notre jauge, et c’est pour cela que la communication est importante. En effet, elle doit être travaillée durant tout le mariage.

Alors ensuite, quand interviennent la mawadda et la rahma ? Allah ﷻ nous dit :

وَجَعَلَ بَيْنَكُم مَّوَدَّةًۭ وَرَحْمَةً

Wa Ja`ala Baynakum Mawaddatan Wa Rahmatan

Et Il a mis entre vous la mawadda et la rahma.

Allah ﷻ dit que c’est alors Lui qui les fournit. Tu pourras alors vraiment ressentir cette mawada et cette rahma, car tu auras fait ta part du marché.

C’est donc notre objectif d’établir la sakina entre nous, et Allah ﷻ nous offre mawadda et rahma, comme un cadeau de mariage !

C’est très beau de l’imaginer comme cela, car cela nous donne beaucoup d’humilité. On ne pense pas que c’est grâce à nous que l’autre nous aime, que c’est grâce à nous que l’on aime l’autre, que c’est par nos actions qu’on ressent cet amour. Non, c’est Allah ﷻ qui l’a mis. C’est un cadeau de mariage qu’Il nous fait, et un cadeau venant d’Allah ﷻ, c’est grandiose.

Seulement, on a le travail à fournir au préalable, et on doit aussi l’entretenir. Cette notion est importante, car il n’est pas question de se retourner contre Allah ﷻ si l’amour se fane. L’entretien de la sakina est indispensable.

Allah ﷻ dit enfin :

« Il y a en cela des signes et des preuves pour ceux qui réfléchissent ».

Allah ﷻ nous dit que si l’on réfléchit et que l’on médite, on arrivera à voir tous les trésors qu’Il nous livre avec une ayah si courte.

En tout cas, le jour où j’ai compris ces choses-là, en lisant beaucoup de tafasir et en assistant à des cours de personnes érudites dans la science coranique, je n’entendais plus les choses de la même façon. Pourtant, c’était sous mes yeux.

La sagesse de chaque situation

Tout cela aide les personnes qui sont :

  • sur le point de se marier,
  • déjà mariées,
  • sorties d’un mariage, qui veulent se remettre dans un autre mariage et qui se sentent prêtes à ne pas refaire les mêmes erreurs,
  • célibataires à préparer les démarches de mariage.

Si tu es concernée par ce dernier point, emploie ce temps libre pour travailler cette notion de sakina. Tout le temps que tu vas consacrer à apprendre à te connaître demande de creuser, ralentir, méditer, d’être concentré et apaisé. C’est beaucoup de travail. Si Allah ﷻ n’a pas marié certaines personnes qui en rêvent, c’est peut-être parce qu’Il voulait que ce travail soit fait. Je me dis qu’Allah ﷻ doit énormément les aimer pour les aider à patienter dans ces situations-là. Il ne faut rien prendre pour une fatalité, un malheur contre nous. C’est toujours pour nous.

De la même façon, il y a des personnes qui divorcent ou qui au cours de leur mariage sont au bord du divorce. Le divorce est autorisé et il n’est pas une fatalité. Il a même existé pour des personnes érudites, des personnes meilleures que nous, autour du Messager d’Allah ﷺ, de certains prophètes, etc.

Il faut le prendre avec intelligence et beaucoup de sagesse. Ces personnes-là se sont rendu compte, en trouvant leur définition de la sakina, que ça ne matchait absolument pas avec l’autre personne.

Les personnes sont comme des droites, si elles sont parallèles dans leurs notions de sakina, alors elles ne croiseront jamais. Chacune prend sa route. Peut-être que cet « échec » est le début de réussite pour l’union avec une autre personne et ça aura été l’occasion pour chacun d’apprendre des choses qu’il ne connaissait pas, que ce soit sur la religion, sur la vie, sur soi. Et alors, elle devient la personne parfaite en termes de compatibilité, avec une autre personne.

Avant de te laisser…

Le plan d’Allah ﷻ est vraiment très beau. Il faut se dire que, quelle que soit ta configuration maritale, Allah ﷻ fait ce qui est le mieux pour toi… Même si là tu ne le vois pas. Crois-moi, c’est le cas. Allah ﷻ nous donne ce qu’il nous faut.

Je demande à Allah ﷻ d’offrir à chaque personne parmi ses serviteurs qui l’adorent et qui lui font confiance, d’accorder à chacun la personne qui lui correspondra le mieux, en termes de sakina, de mawadda et de rahma. Que cette personne soit un tremplin dans la religion. Que chacun trouve sa paire parfaite. J’espère que cet article sur le mariage dans le Coran t’aura plu. Tu peux me retrouver également sur Instagram. Tu peux maintenir découvrir l’article suivant, sur les responsabilités de l’homme, ou comment être un grand homme dans son mariage ?

Partager cet article :
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] c’est la même chose que la recherche de la sakina dans le mariage. Si la sakina n’est plus dans le tableau, c’est comme si le seul pilier qui tenait la maison […]

[…] ⇒ Pour retrouver la définition de ces notions, je t’invite à découvrir ou redécouvrir l&… […]

[…] si tu veux en savoir davantage sur le mariage dans le Coran, c’est par ici […]

[…] Le vrai but du mariage tel que le Coran nous en parle […]

Articles similaires

Quiz gratuit

Découvre ton profil d'apprentissage et des conseils pour mémoriser le Coran

Par ce test, tu en apprendras davantage sur ton profil d’apprentissage, le style que tu préfères utiliser pour recueillir et utiliser les idées et les informations.

Coche les réponses qui correspondent au mieux à tes habitudes et tes préférences. À la fin, découvre tes résultats et les conseils associés.

Retour en haut