Le rôle de l’homme dans le mariage

Temps de lecture estimé : <1 min.

Notre père Adam (as), alors qu’il avait déjà tout pour être heureux au Paradis, a demandé à Allah ﷻ la compagnie d’un être auprès de qui il ressentirait la pleine sakina, la paix. Lui qui ne manquait de rien, et était respecté des nobles Anges, penses-tu qu’il avait besoin d’exercer une autorité sur mère Hawa (as) ? N’avait-il pas plutôt besoin d’une alliée à aimer et à prendre soin ? Dans cet article, nous allons parler des responsabilités de l’homme. Comment être un grand homme dans un mariage ? Je commence par l’homme volontairement, car Allah ﷻ, dans Sa parole, a commencé par l’homme. Faire l’inverse, c’est perdre de la matière, du sens, et finalement ne pas comprendre ensuite lorsqu’il y a des conflits, un déséquilibre. On ne sait alors pas où commencer. Quand on ne sait pas où l’on va, on dit qu’il faut repartir d’où l’on vient. Allah ﷻ commence par l’homme. À la lecture de cet article sur le rôle de l’homme dans le mariage, tu verras aisément à quel point c’est logique.

Sommaire

Le verset qui a inspiré cet article

Les hommes sont qawwam envers les femmes, à raison de ce dont Allah a favorisé les uns, par rapport aux autres, et ce dont ils dépensent de leur argent. Les femmes vertueuses sont dévotes, gardiennes du secret, en raison de ce qu’Allah a gardé. (…)

– Sourate an-nissa, ayah 34

Le mariage est une institution majeure dans la société et dans ce monde, au-delà même du foyer. C’est très important d’entendre ce qu’Allah ﷻ nous dit, et pour cela nous allons découper les choses.

Aujourd’hui, nous allons donc voir la première partie de cette ayah. Nous verrons dans le prochain article la deuxième partie, qui concerne les femmes. Mais ici, ça ne signifie pas que ce sujet ne concerne que les hommes. J’aimerais que femmes et hommes comprennent tous deux réciproquement ce qu’Allah ﷻ attend de chacun.

Dans toute relation (amicale, maritale ou encore professionnelle), on doit rechercher ce qu’Allah ﷻ attend de nous. Dès lors que j’évince Allah ﷻ de mes pensées et de mes intentions, c’est l’égo qui prend la place. Et l’on sait que l’égo n’est pas un très bon maître…

Droits et devoirs des époux

Je dis souvent que je n’aime pas parler de droits et de devoirs des époux. Je n’aime pas beaucoup cette appellation car je me rends compte qu’aujourd’hui la société dans laquelle nous vivons a pris la fâcheuse habitude d’opposer les hommes et les femmes.

On a l’impression de parler de deux concurrents, d’adversaires. C’est comme si l’on se demandait qui allait le moins se faire arnaquer dans le mariage et qui allait gagner le plus… Au lieu de vivre avec son meilleur ami comme conjoint, on pousse hommes et femmes à vivre un quotidien à base de « mon droit, ton devoir ».

Je préfère donc parler en termes de responsabilités. Finalement, un devoir est une responsabilité. Ce que je dois à quelqu’un, c’est ma responsabilité. De la même façon, un droit est aussi une responsabilité. Pour que je puisse faire valoir un droit, il faut que je sache tout à ce propos, et comment en parler afin d’amener l’autre à respecter mon droit. Et vice-versa.

C’est donc ma responsabilité de faire valoir mon droit, de le connaître, de l’enseigner. À la fin, ce ne sont que des responsabilités.

Quel est le rôle de l’homme dans le mariage ?

Pour répondre à cette question, on ne trouvera pas de texte plus explicite au sujet des responsabilités d’un homme ou d’une femme, que ce qui est dit dans cette ayah.

Si ce verset est compris, médité et appliqué, il ne peut pas se passer autre chose que du kheir. Même s’il y a des difficultés et des épreuves, ce sera bien abordé, car l’on aura respecté ces piliers.

Finalement, c’est la même chose que la recherche de la sakina dans le mariage. Si la sakina n’est plus dans le tableau, c’est comme si le seul pilier qui tenait la maison debout s’écroule. Il ne reste plus rien et ça ne tiendra pas sur le long terme. Le pilier de base n’a pas été respecté.

Pour notre ayah d’aujourd’hui, j’ai volontairement dit, en parlant de la traduction au sens rapproché :

Les hommes sont qawwâm envers les femmes.

J’ai préféré laisser le mot tel quel afin qu’on l’aborde ensemble. Ce qui est communément traduit, c’est :

« Les hommes ont autorité sur les femmes ».

Désolée de te le dire, mais ce n’est pas la traduction exacte ! Qawwâm n’a rien à voir avec l’autorité.

Que signifie « Qawwâm » ?

Qawwâm désigne une personne qui :

  • détient une responsabilité,
  • a la charge de gérer un travail,
  • gère un système,
  • doit s’occuper de ce qui doit être fait à propos d’une chose, en prenant en compte tous les facteurs connexes.

Dans le livre « Une approche du Coran par la grammaire et le lexique », du Professeur Maurice Gloton, on trouve au mot qawwâm, la racine ق و م – qa wa ma : quelque chose de répétitif, constant, qu’on fait tout le temps.

Alors qu’est ce qu’on fait tout le temps quand on est qawwâm ? On est :

  • actif,
  • debout,
  • juste,
  • constamment impliqué,
  • dévoué,
  • proche et protecteur des personnes,
  • encourageant,
  • un soutien,
  • on prend soin,
  • on surveille,
  • on assume,
  • on exécute,
  • on défend,
  • on persévère,
  • on se lève, on se dresse,
  • on s’élève.

C’est tout ça qa-wa-ma !

Ainsi, ne sois pas étonné que c’est la même racine qui sert à dire « Qayyum » qui est un des 99 noms d’Allah ﷻ, ou encore qiyâm.

Dans qawwâm, on a l’exactitude, la droiture, ce rôle de quelqu’un qui est responsable et qui assume sa responsabilité jusqu’au bout.

Ça n’a donc rien à voir avec l’autorité. On est loin de l’autorité, de la dominance et du fait de contrôler ! Ici, on parle d’une grosse responsabilité envers les femmes. Et c’est par ces responsabilités qu’Allah ﷻ précise qu’Il a donné des dispositions aux hommes pour pouvoir mener à bien leur capacité, leur rôle de qawwâmoun.

Les hommes mariés… seulement ?

C’est très important ici de regarder les mots qui ont été employés. Allah ﷻ a parlé des hommes, pas des maris. En effet, Il a dit  الرِّجَالُ – ar rijâl, alors qu’Il aurait pu dire « les époux ». C’est comme pour dire qu’à partir du moment où tu es un homme, tu es qawwâm. Ce n’est pas possible que ce soit autrement. La question ne se pose pas pour Allah  : tu es un homme, tu es qawwâm. D’ailleurs il dit :

الرِّجَالُ قَوَّامُونَ

Ar rijâlou qawwâmoun

Ici, il n’y a même pas de verbe. C’est un état, c’est intrinsèque. Les hommes sont qawwâmoun.

Aussi, ce n’est pas seulement envers les épouses, parce qu’Il dit  النِّسَاء – an nissâ . Il s’agit donc des femmes. Ainsi, la responsabilité de l’homme n’est pas seulement envers son épouse, mais envers toutes les femmes de sa famille : sa mère, ses sœurs, ses filles, ses grands-mères…

Si tu es un homme, ces femmes doivent se sentir en sécurité de t’avoir dans leur famille, protégées car l’homme que tu es est là, debout, actif, qui veille… et tout ce qu’implique qawwâm.

Comment se préparer au mariage ?

Pour tout homme, une des meilleures préparations au mariage, c’est de prendre soin des femmes qui composent sa famille.

Par exemple, n’éprouvera aucune difficulté à le faire avec son épouse, un homme qui s’est habitué à :

  • escorter sa mère en voyage,
  • l’accompagner en courses,
  • dépenser pour ses sœurs,
  • participer avec son père aux dépenses du foyer,
  • soutenir, protéger, agir activement pour sa mère et ses sœurs.

Il n’aura aucun mal à être qawwâm avec son épouse plus tard.

Allah ﷻ a inscrit sur l’homme « al qawwâm », qui est ici l’action. La nature de l’homme réside dans le fait d’être qawwâm. Un homme qui n’est pas qawwâm n’est alors pas véritablement un homme puisqu’il n’entre pas dans la définition qu’Allah ﷻ Lui-même a donnée.

Ainsi, celui qui n’est pas qawwâm ne doit pas prendre la fille de braves gens comme épouse. Ce serait une injustice envers elle. Il doit d’abord apprendre à être qawwâm, avant de chercher à placer une femme à ses côtés.

Quand on parle de qawwâm, on ne parle même plus de droits de la femme et de devoirs de l’homme. Non, ici on parle d’un état, d’un être. Je suis qawwâm parce que je suis un homme. Je suis un homme, donc je suis qawwâm. C’est donc identitaire.

Ce qui est beau, c’est qu’Allah ﷻ nous l’a déjà dit dans le Coran :

وَلَقَدْ كَرَّمْنَا بَنِي آدَمَ

Certes, Nous avons honoré les fils d’Adam.

– Sourate al-Isra; ayah 70

Il a donc honoré l’homme et Il a honoré la femme. L’honneur de l’homme, sa virilité, sa grandeur, sa valeur, reposent ainsi sur sa qualité de qawwâm envers les femmes.

Le bénéfice de la responsabilité

Dès que l’on parle de responsabilités, on pense que c’est uniquement l’autre qui en bénéficie et qui en a l’avantage.

Tout ce qu’Allah ﷻ demande à quelqu’un de faire, et surtout lorsqu’Il fait comprendre à la personne que c’est quelque chose d’identitaire, a un bénéfice qui lui profite d’abord à elle-même. Son honneur est dedans. Finalement c’est un devoir, une responsabilité, mais aussi un kheir, une baraka.

En aparté, je voudrais m’adresser à ces hommes, à ces qawwâmoun :

Rappelle-toi toujours qu’une femme, c’est l’être qu’Allah ﷻ a choisi pour porter en elle Sa créature la plus aboutie, celle dont Il est le plus fier : l’être humain.

Il aurait pu te choisir toi, l’homme. En effet, tu as plus de force physique et d’endurance. Dans cette logique, c’est toi qui aurais dû porter cette charge de 10 kg (le bébé, le liquide amniotique, le placenta, etc.) pendant 9 mois, n’est-ce pas ? Pourtant, ce n’est pas toi qu’Allah ﷻ a désigné pour le faire.

C’est elle. Et parmi Ses raisons, celle de montrer Sa Toute-Puissance en permettant à la femme de porter ce que physiquement elle n’aurait pas du être capable de porter. Et toi, est-ce que ton rôle est plus facile pour autant ? Loin de là ! Ton rôle est double. Il est grandiose, il est peut-être même plus grand que celui de cette femme. Il est à hauteur de ce qu’Allah ﷻ t’a donné en capacité. À savoir, de porter tout : la porter elle, elle qui porte ton enfant. C’est pour cela qu’Il t’a donné les dispositions physiques, mentales, émotionnelles, et financières. Tu vas en avoir besoin pour être qawwâm.

Le rôle de l’homme dans le mariage, un héritage d’Adam

J’aime dire que tout cela est un héritage direct de notre ancêtre masculin : Adam (as).

Rappelons-nous tous qu’il avait tout ce dont il avait besoin au Paradis. Malgré tout, il a ressenti un manque de compagnie. Non pas une compagnie qu’il pouvait dominer, contrôler, ou sur qui il pouvait exercer une autorité. Il n’avait pas besoin de ça : Allah ﷻ a quand même demandé aux Anges de se prosterner devant lui et il a enseigné aux Anges le nom de toute chose ! Et quels êtres sont plus grands et plus nobles que ces anges, si ce n’est Allah ﷻ ?

À un moment donné, Allah a placé au-dessus d’eux notre père Adam. Pour autant, il s’est senti incomplet, seul, il lui manquait quelque chose. Il a réclamé une compagnie avec qui il pouvait marcher, s’élever, se sentir véritablement homme, qawwâm, car il prendrait soin d’elle. Il s’assurerait qu’elle ne manque de rien, qu’elle serait heureuse. Et là, son réservoir d’être humain masculin serait rempli, enfin.

Moussa, un exemple d’homme qawwâm dans le Coran

Dans le Coran, on a des exemples d’hommes qawwâmoun. Par exemple lorsque Moussa voit ces deux jeunes femmes près d’un puit, en sortant du désert, qui ne veulent pas s’approcher d’un troupeau et d’hommes qui sont en train de prendre tout l’espace et qui s’éternisent. Moussa voit la scène, se lève, va les aider et leur demande qu’elles sont leurs besoins. En apprenant que leur père est âgé et qu’elles ne voulaient pas se mélanger à ces hommes, Moussa s’est frayé un chemin, s’est imposé et s’est acquitté de ce travail. Alors même qu’il avait la fatigue du voyage et de son statut de fugitif. Il a assumé ce rôle de qawwâm, sans pour autant qu’elles soient des femmes de sa famille ! Il a appliqué :

الرِّجَالُ قَوَّامُونَ عَلَى النِّسَاء

Les hommes sont qawwâmoun envers les femmes.

Ça dépasse donc les femmes de ta famille. Tu vois une femme en détresse, tu es qawwâm.

Il se trouve d’ailleurs que par la suite Moussa s’est marié avec l’une d’entre elles. Son statut de qawwâm l’a précédé. Cette femme-là a implicitement demandé à son père de la marier à Moussa, car elle a vu en lui les qualités qu’elle cherchait certainement chez un homme. Il remplissait déjà les critères. En plus, il était fort et digne de confiance. Il a complètement rempli le rôle que doit remplir un homme qui est qawwâm.

Un message aux hommes de notre communauté

J’ai envie de dire félicitations à tous les hommes de notre communauté, qui voudront bien endosser cette responsabilité qu’Allah ﷻ leur a assignée de manière innée et identitaire. C’est l’honneur et la responsabilité qu’Allah ﷻ leur a accordés. Ce sont des félicitations d’accepter de partager l’héritage de notre père Adam (as). Lui qui a ouvert la voie et qui a demandé à Allah ﷻ de lui donner sous sa protection quelqu’un avec qui il pourrait exercer son rôle de qawwâm. Tant qu’il n’avait pas la compagnie de Hawa, c’est comme s’il avait une partie de lui qui ne pouvait s’exprimer. C’est comme un muscle qui n’est pas sollicité et qui va perdre en tonicité. Il lui fallait donc la compagnie de cette femme, Hawa, qu’il a tant aimée et tant chérie, pour pouvoir appliquer, exercer sa responsabilité de qawwâm. Enfin, c’est de ce couple-là qu’est née toute l’humanité.

S’il n’y avait pas des hommes qawwâm dans notre lignée, dans notre humanité, l’Humanité ne tiendrait pas. Et lorsque tu regardes les problèmes et les déstabilisations qui existent dans le couple, très souvent c’est le fait que des hommes n’ont pas été qawwâm.

Être un mahram dans sa famille

Une femme a plusieurs mahram dans sa vie. D’abord son père, ses frères, ses oncles, ses fils, ses neveux, et son mari. À ce sujet, mon père disait souvent :

Un homme, lorsqu’il vient de naitre, automatiquement il devient mahram. Il arrive avec ce rôle. Il est né d’une mère et il devient son mahram. S’il a déjà des sœurs, il est également leur mahram. Plus tard, il deviendra le mahram d’une femme, puis de sa fille, etc. Un homme vit une vie où il y a naturellement ce rôle de mahram. Il ne peut pas s’en défaire.

Un rôle de mahram implique des choses. Lorsqu’une femme voyage, elle se fait escorter. Et ce n’est pas une contrainte. C’est une femme pour qui Allah ﷻ voit tellement de valeur et de préciosité qu’Il la protège. Lorsqu’elle doit s’éloigner de sa maison à travers de longues distances, Il impose au mahram de l’escorter. Ce n’est pas à la femme qu’Il impose quelque chose, mais bien au mahram, de veiller à ce qu’elle s’en aille et revienne en sécurité.

Être un mahram, c’est :

  • s’assurer de sa protection
  • la soutenir financièrement

Partout où se tourne ton regard, la personne est là. Tu te sens en sécurité, car cette personne assure tes arrières.

Quand j’étais plus jeune, que je devais voyager et que mon père ne pouvait pas être là, j’avais mes deux petits frères avec moi et je me sentais bien entourée, comme avec deux gardes du corps. Ça, c’est un rôle de qawwâm !

Dans l’éducation que mon père a donnée à mes frères, je vois qu’il a tout dirigé par rapport à ça. Il a énormément insisté sur le bon traitement qu’il devait avoir envers moi et mes sœurs.

Le jour où un de mes petits frères a voulu se marier et qu’il l’a dit à mon père, ce dernier a dit « alors, apprends à te marier ». Alors comment ? Mon père lui a dit qu’il avait 4 personnes, dans sa maison avec qui s’entraîner : ma maman, mes deux sœurs et moi.

Il lui a alors recommandé de veiller à ce que nous ne manquions de rien et que si lui n’était pas là, il devait alors être là, debout, présent, pour les protéger, et s’assurer que tout va bien. Il lui a donc dit que s’il arrivait à traiter sa mère comme une impératrice, ses sœurs comme des princesses, sa femme pourrait alors facilement être une reine dans cette histoire.

D’ailleurs, par son comportement avec moi, alors même que c’était mon petit frère j’ai toujours eu l’impression que c’était un grand frère. Quand il est quelque part où je suis, je sens la sécurité. La même sécurité que je sens quand mon père est là. Et cela, ça n’a pas été possible sans la prise de conscience de ce qu’implique d’être qawwâm. Celui qui est qawwâm, Allah ﷻ va lui rendre par cent, par milliers.

Avant de te laisser…

Nous verrons dans le prochain article les conséquences d’une femme qui est vertueuse et la manière dont c’est directement lié au rôle d’un homme. En effet, un homme qui est qawwâm permet à sa femme d’avoir un cadre sécurité pour exercer les rôles qu’Allah ﷻ lui a assignés. On verra à quel point une femme qui a dans sa maison un homme qawwâm (pas seulement l’époux, mais le père, les frères, etc.) aura non seulement un cadre sécuritaire pour s’épanouir dans ce qu’elle est mais pourra ainsi remplir son rôle et être une femme vertueuse. Puis, une femme vertueuse rend la pareille à un homme d’une manière tellement belle que cet homme aura encore plus envie d’être qawwâm, encore plus qu’il ne l’était au départ. Ainsi, tous deux pourront atteindre la sakina tant attendue d’un vrai mariage. Je demande à Allah ﷻ de faire de tous les hommes de notre communauté des hommes qawwâmoun’ala an-nissa, heureux d’être des alliés, des compagnons, des êtres complémentaires et qui cheminent vers Allah ﷻ. Si tu ne l’avais pas encore lu, je te laisse découvrir l’article sur le vrai but du mariage !

Partager cet article :
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] t’aura plu. Tu peux me retrouver également sur Instagram. Tu peux maintenir découvrir l’article suivant, sur les responsabilités de l’homme, ou comment être un grand homme dans son… […]

[…] l’article précédent, nous avions commencé par les hommes, car c’est l’ordre dans lequel Allah ﷻ nous en parle. […]

[…] ⇒ Pour revoir la notion de qawwâm, je te laisse consulter l’épisode sur le rôle de l’homme dans le mariage. […]

Articles similaires

Quiz gratuit

Découvre ton profil d'apprentissage et des conseils pour mémoriser le Coran

Par ce test, tu en apprendras davantage sur ton profil d’apprentissage, le style que tu préfères utiliser pour recueillir et utiliser les idées et les informations.

Coche les réponses qui correspondent au mieux à tes habitudes et tes préférences. À la fin, découvre tes résultats et les conseils associés.

Retour en haut