Le cadeau du Paradis

Temps de lecture estimé : <1 min.

Tu sais que le Paradis est la destination finale des bienheureux. Tu sais qu’il est l’héritage de notre père Adam, et notre mère Hawa, paix sur eux. Aussi, tu sais que celui qui y demeure aura tout ce que son cœur désire. Mais il y a une chose que tu dois absolument savoir sur le Paradis. C’est son vrai cadeau, et pourquoi le cadeau est le Paradis. Intrigant n’est-ce pas ? Une fois par mois, on consacre un article à un trésor de la Sourate al Kahf. Ainsi, au fil des mois, tu pourras apprécier encore davantage ta lecture hebdomadaire de la Sourate al Kahf. Dans cet article hors-série, nous allons voir ensemble un nouveau trésor de cette magnifique sourate : le cadeau du Paradis.

Sommaire

Les versets qui ont inspiré cet article

Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront pour résidence les Jardins du « Firdaws, » (Paradis),

Où ils demeureront éternellement, sans désirer aucun changement.

Sourate Al Kahf ; versets 107-108

Ici, on se situe vers la fin de la sourate. Et cette ayah parle du Paradis d’une très belle manière et elle répond à beaucoup de questionnements que les gens ont dans la vie ici-bas. On assiste à une ayah où Allah ﷻ parle de comment le Paradis va nous être présenté, et vécu par ses habitants.

On va se concentrer sur quelques termes qu’Il emploie, notamment lorsqu’Il dit :

إِنَّ الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ كَانَتْ لَهُمْ جَنَّاتُ الْفِرْدَوْسِ نُزُلً

‘Inna Al-Ladhīna ‘Āmanū Wa `Amilū As-sālihāti Kānat Lahum Jannātu Al-Firdawsi Nuzulāan

Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront pour résidence les Jardins du « Firdaws » (Paradis)

C’est traduit par « auront pour résidence », on comprend donc que c’est là-bas qu’on va vivre. Sauf que ce n’est pas la traduction exacte ! Allah ﷻ utilise un mot spécifique pour expliquer comment on va vivre au Paradis, et ce que ça spécifie pour nous. Il emploie le terme نُزُلً — Nuzulāan. Il dit que le Firdaws sera pour nous un « Nuzul ».

Les descriptions habituelles du Paradis

Pour pouvoir saisir la beauté de ce terme, et ce qu’Allah ﷻ veut nous inculquer, on doit connaître la signification la plus exacte possible. Après tout, on parle quand même de notre future maison !

Lorsqu’on entend parler du Paradis, on a l’habitude d’étudier ce que l’on va y trouver :

  • les jardins,
  • les infrastructures,
  • la nourriture,
  • les fruits,
  • les personnes,
  • les ruisseaux, etc.

Ce sont de très belles descriptions, mais on oublie de se concentrer sur la manière dont on va vivre ces choses-là au Paradis.

Beaucoup de personnes se posent des questions sur le fait de demeurer éternellement quelque part. Ça peut-être assez impressionnant de « la possibilité de s’ennuyer ».

Tu te doutes qu’il n’y aura pas tous ces problèmes, mais Allah ﷻ nous explique tout cela et nous rassure sur tout cela, en avance. Ça nous permet de mesurer le gain de ton commerce avec Allah ﷻ.

⇒ Pour saisir davantage cette notion de commerce avec Allah ﷻ, je t’invite à consulter cet article.

La description du Paradis, c’est finalement la seule chose sur laquelle on peut se raccrocher. Alors, on a intérêt d’être expert de cette description. Allah ﷻ n’a pas lésiné et Il a fait une visite virtuelle parfaite. Tout ce dont on a besoin de savoir au sujet du Paradis, Il nous le donne déjà.

Le terme de نُزُلً — nuzul

Quand on regarde « nuzul », ce n’est pas seulement la résidence. Il y a dans le terme nuzul la notion d’invité. Dans la racine ن ز ل – na za la, on a le fait de :

  • descendre,
  • d’arriver quelque part,
  • s’abaisser,
  • d’atterrir,
  • mettre un pied à terre,
  • demander l’hospitalité,
  • s’installer,
  • venir d’un lieu vers un autre.

Cependant, quand on entend « résidence », on n’a pas toutes ces notions-là !

Pour la déclinaison nuzul, la définition littérale de ce mot, c’est « tout ce qui est nécessaire pour accueillir un invité », le repas, le cadeau d’invité, etc. On parle de nuzul aussi dans le domaine de l’hôtellerie, donc un lieu avec une notion d’accueil.

Si l’on pouvait faire une traduction plus rapprochée, on dirait alors :

« Ceux qui croient et font de bonnes œuvres auront comme lieu d’accueil, d’invitation, de réception, les jardins du Firdaws ».

On est encore plus honoré d’entendre parler de notre accueil au Paradis de cette manière.

L’enthousiasme de la première fois

Mets-toi à la place d’un hôte qui reçoit. Lorsqu’un invité arrive, il y a des choses qu’on lui présente alors qu’on ne les présente pas dans la vie de tous les jours.

Il y a un accueil, un déroulé, comme des étapes. Tu prends le temps de demander comment va la personne, la débarrasser de son manteau, etc. Elle voit qu’elle est attendue. Il y a des amuse-bouches, des apéritifs, des boissons… L’invité sait pertinemment qu’il y a encore plus de choses qui arrivent après.

L’hôte fait en sorte que l’invité le ressente. L’invité est bien accueilli, la suite arrive et sera encore meilleure.

Allah ﷻ ne déroge pas à la règle. C’est Lui l’inventeur, l’initiateur de l’hospitalité. Si l’on sait aujourd’hui être hospitalier, bien accueillir les gens, il faut que l’on sache qu’il y a Allah ﷻ, qui l’a fait depuis beaucoup plus longtemps que nous et bien mieux que nous.

Dans nuzul, il y a aussi la notion d’enthousiasme de la première fois. L’invité, au moment où il arrive, il a vraiment le meilleur de toute chose :

  • les meilleurs plats,
  • la maison dans son plus bel état,
  • l’attention est portée sur tout.

Et quand l’invité s’en va, on se relâche un peu plus.

Au Paradis, Allah ﷻ nous dit que l’on se sentira tout le temps comme un invité dans notre résidence, avec l’enthousiasme de la première fois.

L’être humain aime cette sensation d’espérer quelque chose. On préfère presque le moment où l’on sait que l’on va recevoir une chose, plutôt que le moment où on la reçoit vraiment. Quand tu attends quelque chose avec impatience, après avoir travaillé pour cette chose, tu es contente de l’obtenir, mais tu préfères l’avoir après tout ce que tu as traversé. Si l’on te donnait la chose déjà faite, ça n’aurait pas le même goût. Donc l’attente de quelque chose qu’on a désiré est presque aussi savoureuse que la chose elle-même, une fois qu’on l’obtient.

Pense à une première fois :

  • la réussite d’un examen ;
  • le premier voyage avec ton conjoint ;
  • les premiers instants en amoureux quand tu t’es mariée ;
  • la première fois que tu as vu la Kaaba, pour ceux qui ont pu y aller ;
  • la première fois où tu es entrée dans la mosquée du Prophète ﷺ.

On n’a pas le même entrain la première fois, par rapport aux fois suivantes. Par exemple, la première fois que tu as eu une voiture, les premiers trajets ou même le premier plein que tu as mis ! Il y avait certainement cette joie qui n’était plus là un an après !

Dans le cas du mariage, on aura beau faire des efforts pour raviver la flamme, ça ne sera jamais comme au commencement : la gêne qu’on ressentait, les attentions pour ne pas froisser l’autre, même les défauts de l’autre que l’on apprécie, etc.

Toutes les choses là s’estompent, c’est normal. Au Paradis, Allah ﷻ nous dit que chaque chose qu’on va goûter, chaque personne qu’on va voir, chaque moment qu’on va passer, ce sera toujours avec cet enthousiasme du début.

On va vivre au Paradis éternellement, certes. Mais ce ne sera jamais avec la peur de s’accoutumer, de s’ennuyer.

Va-t-on s’ennuyer au Paradis ?

Je l’avais déjà raconté sur Instagram, mais un jour une sœur m’avait questionnée pour elle-même et une autre pour son fils. Ce dernier se demandait si au Paradis on allait s’ennuyer.

Le jeune garçon aimait résoudre des énigmes, le suspense, les défis. Il était tendu à l’idée de s’ennuyer au Paradis, tant on aura tout ce que l’on veut. Le fait qu’il n’y ait pas de personnes méchantes au Paradis signifiait pour lui qu’il n’y aurait pas d’aventures !

J’ai beaucoup aimé répondre à cela, car justement, Allah ﷻ n’a rien laissé au hasard ! Dans cette ayah, Il le précise, mais dans le début de la sourate al Kahf aussi. Allah ﷻ dit :

مَاكِثِينَ فِيهِ أَبَدًا

Makithina Fihi ‘Abadāan

– Sourate al Kahf, verset 3

Ce verset est traduit par : « où ils demeureront éternellement ».

C’est la phrase que les gens qui ont peur de s’ennuyer ne veulent pas entendre ! Ça vient encore plus appuyer leur crainte !

En réalité, ce sont les paroles de quelqu’un qui voit le Paradis de la même manière qu’il voit ce monde ici-bas. Ici, on est limité dans le temps et l’espace et notre cerveau a du mal à imaginer les choses infinies, l’éternité. Nous, on est finis par le temps et par l’espace, donc c’est normal que ça fasse un peu peur.

Le terme nuzul répond : il y aura toujours cet enthousiasme du début.

خَالِدِينَ فِيهَا لَا يَبْغُونَ عَنْهَا حِوَلً

Khālidīna Fīhā Lā Yabghūna `Anhā Ĥiwalāan

Il y a une symétrie dans ce qu’Allah ﷻ dit dans la sourate al Kahf. Comme avec des parenthèses, Il ouvre la sourate en parlant du Paradis, et Il conclut avec le Paradis.

Dans la troisième ayah, Allah ﷻ emploie le terme « makithina », c’est م ك ث – ma ka tha, c’est le fait de :

  • rester,
  • séjourner,
  • attendre,
  • s’arrêter dans un lieu,
  • persévérer,
  • passer du temps à…

Ce n’est donc pas seulement « demeurer». Littéralement, ce qu’Allah ﷻ nous dit, c’est que l’on va demeurer éternellement dans le Paradis, c’est la promesse qu’Il nous fait.

Cependant, Il respecte notre besoin de vous renouveler, d’avoir des objectifs. Donc certes, il n’y aura pas de méchants, mais en fonction de la personnalité, de la créativité de chacun, il y aura des objectifs à atteindre, des étapes. En gros, l’ennui au Paradis, ça n’existe pas, et c’est inclus dans le terme makithina.

Le fils de cette sœur était ravi de la réponse !

Les enfants sont le plus proches de la fitra, la nature innée, l’innocence de l’être humain. Ce sont eux qui sont les plus proches du Paradis, de l’attitude d’un habitant du Paradis, car ils sont innocents. S’ils posent des questions sur le Paradis, ils sont plus en droit de comprendre et de savoir, et qu’on leur réponde, que d’autres.

Une sœur adulte était gênée de me poser la question. Elle avait peur de s’ennuyer, elle se disait « est-ce que ça vaut vraiment le coup ?». J’ai répondu en lui donnant cette explication. Finalement, on a tout, mais on n’a pas pris la peine de se renseigner sur ce lieu de résidence. On va faire en sorte, inshaAllah, que plus personne n’omette cette explication et ai peur de s’ennuyer au Paradis.

Une perpétuelle première fois

Je trouve ça très beau qu’Allah ﷻ, au début et à la fin de la sourate, vienne nous rappeler l’importance et le bien-fondé du Paradis qu’Il nous réserve.

Dans la ayah 108, Il dit :

خَالِدِينَ فِيهَا لَا يَبْغُونَ عَنْهَا حِوَلًا

Khālidīna Fīhā Lā Yabghūna `Anhā Ĥiwalāan

Là aussi, j’ai été interpellée. C’est le terme Hiwalan qui est employé, et qui vient de la racine  ح و ل – ha wa la. C’est cette racine qui sert à parler de changement, d’état, du renouvellement. Il dit qu’on ne voudra pas de changement.

On a peur de l’ennui, on a besoin de changement, alors, comment ça se fait qu’Allah ﷻ nous dit qu’on y demeurera éternellement et l’on voudra que rien ne change ?

Allah ﷻ vient appuyer sur le fait que par cet accueil, cette attention, cette hospitalité qu’Il aura pour nous, cette sensation de la « première fois» sera présente à chaque fois que l’on fera quelque chose au Paradis.

Imagine le plus beau paysage que tu peux espérer voir. Tout est magnifique, tu as toujours rêvé de voir ça. Tu regardes à l’horizon et tu es heureuse. Quand tu vois ça pour la première fois, pense à l’effet que ça te fait. Quand on est dans ces moments-là, on veut que rien ne change, que ça ne s’arrête pas. Eh bien, Allah ﷻ va maintenir cet effet, en permanence. Il va respecter ce besoin que tu as toujours eu, et Il va faire en sorte que cette sensation de première fois demeure éternellement. C’est très subtil et beau à la fois. C’est aussi très rassurant.

Le besoin de changement

Ici-bas, l’ennui arrive facilement sans changement. C’est pour cela qu’on a besoin de changer régulièrement de vêtement par exemple. Personne ne porterait le même vêtement, de la même couleur, 365 jours dans l’année. L’être humain a besoin de changement régulièrement. Certains vont aussi avoir besoin de changer :

  • d’accessoires,
  • de nourriture,
  • de coiffure,
  • de voiture,
  • de ville,
  • de pays,
  • de travail, etc.

En effet, l’être humain a besoin de bouger, ce n’est pas pour rien que l’on dit « j’ai besoin de changer d’air».

Les enfants illustrent bien ce besoin de changement, d’avoir besoin de bouger. Lorsqu’ils ont un jouet qu’ils nous ont réclamé parfois longtemps, ils s’en lassent pourtant très vite et cherchent le suivant.

C’est donc naturel chez l’être humain, il a besoin d’évoluer, de changer des choses dans sa vie, de s’améliorer, d’avoir des objectifs, de gravir des échelons, d’être un peu dans la concurrence, de challenges, de défis.

Sans ça, la vie n’a aucun goût.

Le Paradis, le meilleur des accueils

Allah ﷻ nous dit que finalement, dans cette vie, on a toujours couru après le changement, l’évolution, après ce besoin de progresser, notamment pour Lui plaire. Ça demande beaucoup d’énergie. Au Paradis, ça sera l’inverse. Tu seras au Paradis, donc il n’y aura plus d’intérêt de courir après cela. Tu vas pouvoir apprécier chaque chose, comme la première fois.

L’expression « comme la première fois» est d’ailleurs souvent associée à une phrase signifiant le compliment. « Les moments passés avec toi sont aussi beaux que la première fois», etc.

Cette notion de première fois est tellement importante qu’Allah ﷻ va respecter cela. Toutes les premières fois :

  • où tu as été,
  • que tu as goûté un plat,
  • que tu as connu une personne que tu aimes,

Allah ﷻ va faire que tu vives ta vie au Paradis intensément, comme la première fois. Avec les mêmes yeux qui pétillent que la première fois.

C’est important de savoir cela, car c’est un état d’esprit que l’on va adopter au Paradis. Voilà pourquoi ici-bas on a cette impression d’ennui, de manquer de quelque chose. Ce manque, c’est en réalité le manque de la vision d’Allah ﷻ. Le manque de nuzul, l’enthousiasme de la première fois, en permanence. C’est tellement énorme que l’esprit à du mal à visualiser.

Au Paradis, tu vas garder cette adrénaline, du début, à chaque fois, éternellement. C’est une des beautés du Paradis. Il faut que tu le gardes en toi, tout en sachant que l’on ne peut le concevoir ici-bas. Ainsi, tu vas continuer à espérer et à œuvrer pour y accéder. Ne te lasse pas de te dire qu’il y aura des brocards, des grenades, des ruisseaux, des jardins, etc. juste parce que tu peux en voir dans ce monde.

L’ultime cadeau du Paradis

En plus de ce qu’Allah ﷻ te décrit, il y a une autre plus-value. Il y a un ultime cadeau des invités du Paradis, le nuzul dont je te parlais. C’est difficile à concevoir, se dire que tout cela n’est que le cadeau de bienvenue. Avoir le plaisir de voir Allah ﷻ… Il n’y a pas plus agréable. Ça, ça répondra à tous nos désirs, tous nos besoins, absolument tout.

Si tu regardes bien, toute ta vie, tu as tenté d’adorer Allah ﷻ comme si tu Le voyais, car si tu ne Le voyais pas, Lui te voyait, comme le dit le hadith du Prophète ﷺ. Tu as tenté toute ta vie de l’adorer sans pouvoir le voir.

Aussi, tu as entendu plusieurs fois des gens se moquer de ta religion en te disant  « Tu vénères un Dieu que tu n’as jamais vu, tu crois à une vie après la mort, c’est n’importe quoi »…

Parfois, tu t’es sentie un peu seule, même si tu sentais Sa présence à travers le soin qu’Il prenait à régler les choses de ta vie. Tu as prié chaque jour, plusieurs fois par jour, tu as lu le Coran pour sentir que tu conversais avec Allah ﷻ. Tu as parlé de Lui à tes enfants et discuté de Lui avec tes amis. En fait, tu ne réalises pas, mais toute ta vie, tu as cherché à voir Allah ﷻ.

Entre parenthèses, ce n’est pas étonnant que Moussa, qui a eu le privilège d’entendre la voix d’Allah ﷻ, a demandé à Le voir en vrai. Qui ne le voudrait pas ?

On ne le réalise pas, mais nous tous, toute notre vie, même les non-musulmans, nous avons cherché à voir Allah ﷻ, inconsciemment. Alors au Paradis, comme une réponse apaisante à notre cœur en manque de son créateur, le plus beau cadeau du Paradis, ce sont les retrouvailles avec Allah ﷻ, Ar Rahman, plein d’amour pour nous.

Je nous vois comme des enfants perdus qui retrouvent enfin leur chère maman. Et cette maman, elle les attend les bras ouverts, un large sourire, et surtout beaucoup beaucoup d’amour dans le regard.

Avant de te laisser

Allah ﷻ parle toujours du Paradis comme d’une demeure. Et tu sais qu’une demeure véritable c’est là où l’on se sent chez soi. Alors, au Paradis ne crains jamais de ne pas être chez toi, car là où tu trouveras Allah ﷻ, sache que tu seras bien arrivée chez toi, à la maison. Ainsi, j’espère que cet article sur le cadeau du Paradis t’aura plu. Qu’Allah ﷻ nous facilite le retour chez nous, en nous faisant agir sur terre, comme de futurs habitants du Paradis, qui espèrent enfin voir Allah ﷻ. Tu veux découvrir un nouveau trésor de la sourate Al Kahf ? Alors dans le prochain article, je te livre comment se concentrer sur l’essentiel, à la lumière de la sourate al Kahf.

Partager cet article :
S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

[…] la sourate al Kahf ! Le premier aborde la notion d’équilibre, tandis que le second dévoile le vrai cadeau du Paradis. N’hésite pas à me dire en commentaire ce que ça t’a inspiré, et tu peux également […]

Articles similaires

Quiz gratuit

Découvre ton profil d'apprentissage et des conseils pour mémoriser le Coran

Par ce test, tu en apprendras davantage sur ton profil d’apprentissage, le style que tu préfères utiliser pour recueillir et utiliser les idées et les informations.

Coche les réponses qui correspondent au mieux à tes habitudes et tes préférences. À la fin, découvre tes résultats et les conseils associés.

Retour en haut