une femme se bouchant les oreilles pour ne pas entendre le waswas de shaytan

Comment lutter contre le waswas ?

Temps de lecture estimé : 16 min.

Les waswas de Shaytan sont comme des ombres qui nous suivent et nous collent à la peau, cherchant à nous éloigner de notre chemin de lumière. Mais rappelle-toi, la lumière d’Allah est toujours plus forte que ces ombres. Alors, comment se prémunir de ces chuchotements ? C’est un sujet très important, car nous avons des solutions dans notre Coran. J’avoue parfois être étonnée de voir autant de personnes désemparées devant les waswas. Alors, qu’est-ce que le waswas ? Comment lutter contre ? C’est ce que nous allons voir ensemble.

Sommaire

Les versets qui ont motivé l’épisode

Face aux insufflations de Shaytan, notre premier refuge, c’est Allah . Notre écoute et notre clairvoyance résident dans Sa proximité. Allah nous rassure énormément dans ces versets.

Il est crucial de comprendre que ces chuchotements, ces murmures, ce waswas, sont présents, mais tu as le pouvoir de les ignorer. C’est comme si tu ne répondais pas à quelqu’un qui t’adresse des attaques personnelles. Ainsi, tu les ignores simplement.

Certes, cela nécessite beaucoup d’entraînement, de tawakkul, de proximité avec Allah . Mais que cela soit clair, cela ne demande pas d’avoir un niveau de piété immense. Il s’agit de penser à Allah dès que ces waswas commencent à nous arriver, lorsque l’on sent que l’on commence à être un peu dépassés. On ressent cet élément extérieur qui vient nous embêter à l’intérieur. Shaytan fait partie du monde de l’invisible, mais il faut se rappeler que nous savons qu’il est là.

C’est très important de se rappeler :

  • de l’existence de wassawis (pluriel de waswas),
  • qu’ils viennent de Shaytan et de ses sbires,
  • qu’on a des solutions par rapport à ça.

Qu’est-ce que le waswas ?

Les waswas sont des murmures qui s’insinuent en nous, cherchant à nous éloigner de notre foi et de nos bonnes actions. Ces waswas peuvent prendre la forme du doute ou de la peur, qui vont souvent de pair, mais ils peuvent également se manifester sous forme de fragilités. En effet, leur objectif est de nous détourner de notre chemin en exploitant nos points faibles.

Ainsi, j’aimerais partager avec toi quelques stratégies contre les waswas.

Comment contrer les waswas ?

1- Le refuge en Allah

Le verset est clair. Si Shaytan t’incite à faire le mal, alors cherche refuge auprès d’Allah .

D’ailleurs, le terme qu’Allah emploie pour parler de cette incitation au mal, c’est يَنزَغَنَّكَ puis نَزْغٌۭ (nazgh) On a d’abord le verbe, puis le nom, l’action même de l’incitation.

Un waswas inévitable

Allah insiste beaucoup comme pour dire que c’est quelque chose qui va arriver, inévitablement, à un moment de ta vie. En effet, cela fait partie des plans de Shaytan, et il n’arretera pas. Il a fait ce serment auprès d’Allah , il a décidé de s’occuper de son ennemi numéro un : Adam et toute sa descendance. Nous lui rappelons son bannissement alors il ne faut pas s’étonner qu’il essaye, encore et encore.

La “mauvaise nouvelle” pour nous (qui n’en est pas une en vérité), c’est que plus tu vas te rapprocher d’Allah , plus il va tenter. Il ne faut pas désespérer, car finalement, c’est lui qui désespère toutes les fois où tu ne cèdes pas, ou même si tu cèdes mais tu te repens tout de suite auprès d’Allah .

Le modèle d’Adam et Hawa

Prends l’exemple de notre père Adam ainsi que d’Hawa. Ils ont certes commis une erreur, mais quelle a été leur première réaction ? C’est de se retourner immédiatement vers Allah , tandis que Shaytan a fait l’inverse.

Iblis a été son propre waswas. Il est le père du waswas. Son histoire est finalement très triste. Il n’est pas étonnant qu’il soit devenu expert dans cette discipline et que c’est son arme principale contre nous.

L’isti’adha

Il ne faut pas chercher à éviter d’avoir des waswas, à ce que les idées ne viennent pas. Nous demandons refuge auprès d’Allah contre ces waswas :

أعوذ بالله من الشيطان الرجيم

« A’oudhou billahi mina shaytan ar rajim. »

« A’oudhou » ne signifie pas seulement dire « Allah protège-moi », c’est aussi rechercher un refuge physique, émotionnel, psychologique, c’est vraiment un refuge dans tous les sens du terme.

Nous demandons à Allah de nous extirper de cette situation et de nous mettre en sécurité. Effectivement, nous demandons à Allah de nous prémunir contre les waswas de Shaytan, comme on le voit notamment dans la sourate An-Nas.

مِن شَرِّ ٱلْوَسْوَاسِ ٱلْخَنَّاسِ

Min Sharri Al-Waswâsi Al-Khannâs

Sourate An-Nas – verset 4

Ainsi, dire « A’oudhou billah mina shaytan ar rajim » ne se dit pas seulement lorsqu’on s’apprête à lire le Coran. Ça se dit à chaque fois que l’on a un doute, que l’on a peur, que l’on est tenté alors qu’on sait clairement que ce n’est pas convenable. D’ailleurs, c’est ce que beaucoup de prophètes ont fait.

Quand tu repenses à l’histoire de Youssouf, au moment où il y a toutes ces femmes autour de lui qui l’incitent à répondre aux avances de la maîtresse de maison, il dit à Allah

“La prison m’est préférable à ce à quoi elle m’invite”

et il demande ouvertement à Allah de l’extirper de là. Il cherche refuge auprès d’Allah .

L’isti’adha, c’est comme une forteresse que tu dresses contre les flèches invisibles de Shaytan. C’est une demande expresse que tu formules, et Il t’envoie l’accusé de réception immédiatement.

Rester vigilants sur les pièges de Shaytan

Quand je dis qu’il ne faut pas, par nos actions, chercher à se préserver des waswas, c’est dans le cas où l’on se priverait de faire des bonnes actions pour se prémunir du waswas.

Dans ce cas, Shaytan gagne quand même car il aura réussi à nous empêcher de faire une bonne action qui aurait pu nous rapporter une grande récompense. Shaytan sait ce que l’on tend à gagner par nos bonnes actions.

Alors, s’il voit quelqu’un de pieux, sa stratégie ne sera pas de lui suggérer de mentir, de voler, de ne pas prier, etc. Non, sa stratégie sera de l’empêcher de faire du bien, car pour lui, c’est « le moindre bien ». C’est une stratégie qu’il emploie souvent, sûrement avec toi aussi.

Par exemple, lorsqu’on veut faire le tahajjud dans la nuit, lui se dit : « Le tahajjud, c’est comme une flèche lancée qui ne loupe pas sa cible ». Le Tahajjud est le moment où Allah descend vers notre ciel, où Il demande ouvertement aux gens s’ils ont besoin de quelque chose, pour qu’Il nous donne, pour qu’Il nous pardonne.

Le “moindre bien”

Ainsi, il va tout faire pour nous faire pencher vers une autre action. Lire un peu plus le Coran dans la journée, donner l’aumône, il va vraiment faire de sorte que le serviteur d’Allah se tourne vers une action moins récompensée. Il fera tout pour t’en dissuader et ça va commencer en amont :

  • faire en sorte que tu sois trop fatigué pour te réveiller
  • de par le fait que tu t’es couché très tard,
  • tu as perdu du temps à regarder des vidéos, etc.

Sinon, s’il voit que c’est quelqu’un qui fait attention à son temps, il va faire de sorte que cette personne veille tard pour travailler, ou qu’elle ait rempli sa journée de to-do-list, avec une liste interminables de choses à faire.

On pourrait penser que c’est une bonne chose, mais tout ce que Shaytan déteste, c’est l’équilibre, tandis qu’Allah nous appelle à cela.

Shaytan se nourrit du déséquilibre, donc il va faire de sorte que ta journée soit disproportionnée :

  • Tu passes plus de temps dans certains actes d’adoration, et tu négliges ta famille.
  • Tu fais beaucoup de choses que tu aurais pu étaler dans le temps. L’épuisement fera naître en toi la culpabilité de n’avoir pas tout coché de ta to-do-list.

Tu seras épuisé au point de ne plus réussir à te lever pour le tahhajud. En plus, la fatigue s’accumule pour les journées suivantes et compromet fortement les tahhajud suivants. Il a réussi à obtenir « le moindre bien ».

Tu comprends pourquoi c’est peine perdue de chercher à tout prix à échapper aux waswas de Shaytan ?

Souviens-toi que même Shaytan a été exaucé

Certaines personnes doutent du fait qu’Allah les exauce. Elles se disent qu’elles commettent trop de péchés et que, pour cette raison, Allah ne leur répondra pas favorablement. Si tu penses ainsi, rappelle-toi simplement que Shaytan a demandé à Allah un délai pour égarer un maximum de descendants d’Adam et remplir ainsi l’enfer avec eux.

Il a osé demander cela à Allah . Il a osé, et Allah lui a accordé. De la même manière, la demande d’Adam concernait le pardon et la rahma d’Allah , et Il lui a accordé.

Alors, s’il te plaît, si c’était le cas, ne doute plus jamais du fait qu’Allah exauce tes invocations.

Ne rentre pas dans le champ d’Allah

Prends ce serment entre toi et Allah . Laisse-lui simplement la charge de la manière dont Il va te répondre. Toi, formule-lui ce que tu estimes avoir besoin. Si nous commençons à nous mêler du quand, du comment, du où, etc., nous empiétons sur le domaine d’Allah , et cela n’est pas acceptable.

Respecte la valeur intrinsèque qu’Allah t’a donnée, une partie de Son rouh, comme Il l’a dit lorsqu’Il nous a créés :

“J’ai soufflé en lui une partie de Mon Rouh.”

« Rouh » est un mot très difficile à traduire, mais on pourrait le résumer par “le souffle spirituel de vie”. C’est quelque chose qui appartient à Allah , donc tu circules avec une partie d’Allah en toi, et tu doutes de ta valeur, ainsi que de la capacité d’Allah à t’exaucer. Penser cela, c’est donc manquer de respect envers Allah , ou le défier dans Sa capacité à nous exaucer.

2- La conscience et le rappel

Sois conscient que le waswas ne définit pas qui tu es. Ce waswas ne doit pas te pousser à la déprime, au désarroi, voire au désespoir. Ces waswas sont externes à toi, ils ne te définissent pas. En te rappelant à Allah , tu retrouves ta vision claire et ta force intérieure.

Quand tu prends refuge auprès d’Allah , c’est comme si Allah te faisait retrouver ce que tu es vraiment. Alors que Shaytan, de l’extérieur, essaie de te faire sortir de toi-même, précisément pour que tu te regardes de l’extérieur, désemparé.

Shaytan parvient à ce résultat lorsqu’on se laisse submerger par ce waswas-là. Allah nous permet de nous recentrer sur notre âme, sur notre cœur, juste avec al isti’adha.

Aie conscience de l’existence du waswas, de sa provenance et de son but, et surtout, rappelle-toi que le waswas n’est pas toi.

Shaytan a essayé avec tout le monde. D’ailleurs, il va sûrement t’embêter davantage que quelqu’un qui n’est pas proche d’Allah . En effet, il ne va pas perdre son temps avec quelqu’un qui, de toute façon, s’est déjà laissé consumer par l’inconscience. Ainsi, il va se concentrer sur le danger : toi.

Qu’Allah fasse que tu sois toujours un danger pour lui, car le jour où tu ne l’es plus, cela signifie qu’il t’a dans la poche.

3- Le dhikr

Dans ce terme, il y a le verbe « dhakara » :

  • se souvenir,
  • se rappeler,
  • se remémorer,
  • mentionner.

Tu peux te rappeler d’Allah alors que tu viens de L’évoquer,

Ca fait longtemps que tu n’as pas pensé à Lui, et tu penses à Lui,

Tu as besoin de Son aide, et tu L’invoques.

Qu’Allah soit l’objet central de nos préoccupations en toutes circonstances.

Il est donc essentiel d’intégrer le dhikr dans ta vie quotidienne, c’est absolument indispensable. Le Prophète ﷺ nous l’a recommandé, de même qu’Allah dans le Coran, à maintes reprises, des adhkar à faire le matin, le soir, après chaque prière, etc.

Si c’est quelque chose que tu ne faisais pas auparavant, ne te dénigre pas, ne te blâme pas. Quand on apprend quelque chose de bien, et l’intérêt que cela peut avoir, tu le prends comme une provision pour continuer ton chemin.

Le dhikr en toutes circonstances

D’ailleurs, il y a une ayah qui le dit

الَّذِينَ يَذْكُرُونَ اللَّهَ قِيَامًا وَقُعُودًا وَعَلَىٰ جُنُوبِهِمْ

Ceux qui se rappellent le rappel d’Allah, ceux qui sont debout, assis, ou sur le côté, allongés,

Sourate Al Imran

C’est comme pour nous dire que dans toutes les positions on peut le faire.

Alors quand on sait ça, est-ce que l’on peut s’ennuyer ? Tu es dans les transports ou tu conduis, tu peux faire du dhikr.

La pleine conscience

Tu peux le faire en pleine conscience sans que ça ne te prenne trop d’énergie. il faut être dans le moment présent. Il ne s’agit pas d’enchaîner machinalement les formules comme “soubhanALLAH”, ce n’est pas une course. Faites le en conscience, prenez le temps de méditer le terme.

Lorsque je dis “soubhanALLAH”, je prends le temps de chercher le sens.

Je dis « Al hamdouliLah« , j’ai conscience de la signification

Je dis La ilaha illa Allah لاَ إلَهَ إلاَّ اللهُ

D’ailleurs, sais-tu que La ilaha illa Lah – لاَ إلَهَ إلاَّ اللهُ.. est la formule la plus appréciée d’Allah ?

Une formule de choix

Quand j’étais petite, ma maman me disait que parmi toutes les formules de dhikr que l’on peut dire, « La ilaha illa Allah » est la seule qui n’emploie pas les lèvres. Elle utilise uniquement la langue. Tu peux la dire en gardant les lèvres à peine ouvertes, et seule la langue bouge. Elle me disait que si une personne était entourée ou dans une situation où elle avait honte de faire du dhikr en public, car on pouvait penser d’elle qu’elle parlait toute seule, la formule « La ilaha illa Allah » est un dhikr de choix !

Puis, quand tu atteins un niveau où le regard des gens t’importe peu car tu sais pourquoi tu le dis, il faut se dire que les gens se fichent royalement de ce que l’on fait, ils passent simplement. La vie est trop courte pour se soucier des détails autour de nous et troquer notre commerce avec Allah . Le dhikr est à intégrer au quotidien dans sa journée.

C’est gratuit, et ça rapporte beaucoup surtout. C’est vraiment un commerce fructueux. Ça purifie le cœur et ça pulvérise ces fameux murmures de Shaytan.

On a des armes, de véritables forteresses contre Shaytan, mais j’ai l’impression qu’ils sont minimisés. Un jour, une soeur m’avait parlé des waswas et quand je lui ai parlé de la formule “a’oudhou billah mina shaytan ar-rajim” elle m’a dit “Tu n’as pas quelque chose de plus fort ?”
Comme si c’était anodin !
Allah dit

:“Quand shaytan, l’insufflateur, vient avec son نَزْغٌۭ – nazgh, dis “a’oudhou billah mina shaytan ar rajim

Nazgh – نَزْغٌۭ , ce n’est pas seulement des chuchotements. Ce sont des insinuations au mal, mais il y a aussi dedans la notion de médisance, calomnie, ce n’est vraiment que du mauvais. C’est une nuisance sonore très poussée !

Il insiste beaucoup et nous montre bien qu’il a compris le stratagème de Shaytan. Aussi, il nous donne quelque chose, et s’il nous donne quelque chose, c’est forcément que ça va être à la hauteur contre cette chose-là. Allah va me donner une arme de destruction massive contre Shaytan. Et bien de la même façon que tu avais cet espoir-là et cette conviction qu’il va te donner la solution, lorsque vient la solution, accepte-la comme telle. Allah te l’a rendue :

  • facile, sans rien à préparer,
  • immédiate,
  • durable,
  • utilisable autant de fois que tu le souhaites.

Je trouve que c’est une grande marque de rahma, une grande marque de l’affection de la rahma qu’Il nous porte, que de nous donner une solution à notre portée, simple, contre quelque chose de gros.

Et quelque part, c’est comme s’il nous apprenait aussi à minimiser finalement l’action de Shaytan. Il le dit, Shaytan est faible, extrêmement faible. Il n’a qu’une force relative, celle qu’on lui donne.

Shaytan, semblable aux pervers narcissiques.

Les pervers narcissiques n’ont pas d’émotion, d’affect, etc. Ils sont incapables de les ressentir ou de les exprimer ; ils sont vides à cet égard. Cependant, pour exister et agir, ils se nourrissent des réactions, des émotions excessives, positives ou négatives, des autres.

C’est pour cela qu’en psychologie, on dit qu’il faut être impassible face aux personnes toxiques, qui ont des troubles de la personnalité. Si tu as besoin d’exprimer des émotions, des états d’âme, fais-le devant n’importe qui, ta famille ou une amie. Face à cette personne-là, dénouée d’affect, tu restes impassible. Et avec Shaytan, c’est exactement la même chose. C’est même encore pire, on ne le nourrit pas. Et sa nourriture, ce sont tes waswas.

Je sais que ça existe, mon Coran me le dit tous les jours, alors je répète sourate An Nas :

مِن شَرِّ ٱلْوَسْوَاسِ ٱلْخَنَّاسِ

Min Sharri Al-Waswâsi Al-Khannâs

Sourate An-Nas – Verset 4

Donc si Shaytan veut continuer de s’épuiser, se casser la tête, perdre son temps à essayer, il peut…Mais qu’il sache que j’ai de quoi me prémunir.

4- L’intention

Lorsque je me prémunis de quelque chose, j’aime me dire que je vais le remplacer par quelque chose que je recherche, qui va s’ajouter. Ce qui peut venir remplacer ce waswas de Shaytan, c’est travailler ton intention, la renouveler. Il est plus que crucial de renouveler notre intention, notre niya exactement, parce que l’intention c’est la semence de chaque action. D’ailleurs, on dit : « Les actes ne valent que par leur intention ».

L’action n’a de raison d’être que parce qu’il y a une intention avec. Ainsi, pour que cette semence, donc cette intention, fleurisse en action bénéfique, il faut l’arroser de sincérité. L’intention et la sincérité vont donc de pair.

Fais une introspection

Dans un premier temps, prends un temps pour te remémorer :

  • Ce que tu cherches à accomplir,
  • Comment tu veux t’en rapprocher,
  • Comment tu veux accomplir ces choses.

Ensuite il faut formuler l’intention. D’ailleurs, avec l’islam c’est ce qui est beau, c’est que c’est une religion de parole. C’est une religion où la parole vaut contrat. En effet, c’est par la parole:

  • que les gens se marient,
  • qu’ils se séparent,
  • qu’on prête aux gens,
  • qu’on se protège auprès d’Allah ,
  • qu’on quitte ce monde correctement, en disant « La ilaha illa Allah« …

Donc la parole a une place très importante dans notre religion.

Agis en conséquence

Maintenant, laisse ton intention te guider vers l’action. Une fois qu’elle est claire, laisse-la te conduire sincèrement à l’action, car une intention sincère peut transformer de simples actions en montagnes de récompenses. C’est encore plus vrai pendant le Ramadan, où les actions sont décuplées.

Une récompense tenue secrète

Allah a gardé pour Lui le coefficient par lequel Il multiplie nos bonnes actions. Pour ma part, je pense que notre entendement humain ne pourra même pas le quantifier, l’imaginer. Ça risque même de dépasser notre raison.

C’est comme si quelqu’un venait te voir et te disait que tu viens d’hériter de 300 trillions d’euros. Est-ce que ton cerveau arriverait à l’imaginer ? Je pense qu’au-delà d’un million à un milliard, ça nous dépasse un peu, même quand on l’entend. Quelle est la différence pour toi entre un milliard et dix milliards ? Passé un certain montant, en fait, tu mets tout dans le même sac : c’est beaucoup, tout simplement.

Un million, c’est déjà beaucoup, mais tu arrives encore à l’imaginer, parce que c’est plus tangible. En effet, il y a des biens que quelqu’un de la classe moyenne pourra convoiter au fil de sa vie. C’est le cas, par exemple, d’une maison qui coûte un million d’euros, car c’est une maison de haut standing qu’il pourra léguer à sa famille, etc. C’est encore accessible à la raison, à l’entendement. Mais si on te dit 300 trillions, ou même 300 trilliards… ça ne te parle pas, et c’est même angoissant.

Tu vas être plus préoccupé par le fait de comprendre cette récompense qu’on veut te donner, plutôt que d’agir sur tes actions. On n’a plus envie de faire quoi que ce soit dans cette vie, parce qu’on se dit :

« J’ai assez pour donner à tous les nécessiteux de la Terre, j’ai assez pour vivre, pour la famille, et le reste je vais en faire quoi ? »

A ce moment-là, ton inconscient va se dire que c’est dangereux car ça le dépasse, ça dépasse tes besoins et ceux de la Terre entière, alors pourquoi ?

Ainsi, tu vois comme Allah nous ménage quand Il garde pour Lui tous les montants des bénéfices de notre commerce avec Lui. Mais rappelle-toi que ce qu’Il t’a promis à la clé, c’est le Paradis.

Le Paradis a une valeur que tu ne peux pas compter, elle est infinie. Tu te souviens, en cours de maths, quand il y avait le symbole de l’infini ? On le voit, mais ça ne nous parle pas vraiment. Et pourtant, on fait des équations avec ! Mais j’ai toujours trouvé ça aberrant d’utiliser ce symbole, de l’insérer dans nos calculs, alors que ce n’est pas délimité. Allah , Lui, nous a épargné cela. Ce qu’il a limité, Il nous a simplement dit qu’il s’en occupait.

5- Sois bienveillant envers toi-même

Il faut être doux envers soi-même. Les chuchotements de Shaytan visent à nous décourager, à nous rabaisser, à nous faire nous sentir insignifiants, insuffisants même. C’est horrible de se dire « moi, je suis insuffisant ». Combien de fois les gens se sont-ils dit cela, « je ne suis pas assez ceci, je ne suis pas assez cela » ?

Ce sont des idées de Shaytan, car c’est ainsi qu’il pense de lui-même. Ainsi, il ne peut pas suggérer autre chose que cela, car c’est ce qu’il connaît. C’est pour cela qu’il doit se nourrir du malheur des enfants d’Adam. Il a besoin de cela pour se sentir exister. Donc rappelle-toi qu’Allah connaît tes efforts, Il connaît tes luttes, Il est Le Digne de louanges, Il est le propriétaire même de la Rahma.

Donc lorsque tu arrives à surmonter les obstacles, lorsque tu accomplis une Salah, une prière, une Dua, ou que tu fais une bonne action, reconnais-le comme une victoire. En effet, c’est reconnaître cela comme une victoire qui va te permettre d’avoir de la reconnaissance et de la gratitude envers Allah pour chaque moment de clarté qu’Il t’a donné. Il faut que tu gardes en tête que la gratitude et la reconnaissance sont un baume pour l’âme. Ça fortifie contre les waswas encore une fois. C’est vraiment un cercle vertueux. Et pour Shaytan, c’est simplement le serpent qui se mord la queue.

Il faut vraiment que tu te dises que les waswas ne sont que des ombres face à la lumière d’Allah . Avec Allah comme guide, renouvelle ton intention, et souviens-toi que tu as une valeur inestimable auprès de ton Créateur. Allah ne crée pas des choses qui n’ont pas de valeur.

Avant de te laisser…

Je termine en t’invitant à faire beaucoup de douaa. Souvent, lorsqu’on a un problème, on en parle à nos parents, notre famille, à tous nos amis, etc. On consulte plein de gens, on demande leurs avis. Et souvent, Allah est le dernier que l’on consulte alors qu’Il devrait être le premier. Et même là, quand je dis le dernier consulté, c’est lorsque toutes les cartouches sont épuisées, alors on Lui demande avec ferveur, avec des larmes, etc. C’est comme si on pouvait répondre à la personne « mais il fallait commencer par là! ».

Je demande à Allah, ya Allah, ya Rabb, ya Rahman, de purifier notre cœur des waswas de Shaitan, et d’ouvrir notre âme à la lumière de Sa guidance. Aide-nous à renouveler notre intention, à être bienveillants envers nous-mêmes, à avoir de la Rahma pour nous-mêmes, et à Te rechercher avec sincérité et avec beaucoup de joie pendant ce Ramadan et au-delà.

Avant de te laisser, souviens-toi que tu n’es pas seul dans cette lutte contre les chuchotements. Nous sommes tous égaux face à l’existence des waswas. Mais avec notre foi, notre intention sincère, avec les enseignements de notre religion, nous pouvons transformer ces défis en tremplin vers une foi plus profonde. Que ce Ramadan soit un mois de transformation, de croissance exponentielle et de profonde connexion avec Allah .

Si tu souhaites établir une relation profonde avec ton Coran, qu’il devienne ton compagnon de route au quotidien, je t’invite à découvrir la formation « Coran de ma vie ». Cette formation a été pensée pour toutes les soeurs, arabophones ou non, ayant pour objectif de mettre le Coran au centre de leur vie.

visuel épingle pinterest pour l'épisode sur le waswas
Partager cet article :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles similaires

Quiz gratuit

Découvre ton profil d'apprentissage et des conseils pour mémoriser le Coran

Par ce test, tu en apprendras davantage sur ton profil d’apprentissage, le style que tu préfères utiliser pour recueillir et utiliser les idées et les informations.

Coche les réponses qui correspondent au mieux à tes habitudes et tes préférences. À la fin, découvre tes résultats et les conseils associés.

Retour en haut