illustration d'un électrocardiogramme

Aimer ses épreuves

Temps de lecture estimé : 18 min.

L’épreuve fait mal, alors nous tentons de la fuir, mais fuir quelque chose venant d’Allah ﷻ est impossible. Et si l’épreuve vient d’Allah ﷻ, c’est qu’elle est forcément sage. La sagesse est aimée et respectée de tous, alors pourquoi pas l’épreuve ? L’épreuve, c’est quelque chose de beau, mais pour pouvoir l’apprécier, il faut le faire progressivement. Ainsi, cet épisode sera concis et se voudra introductif du sujet de l’épreuve.

Sommaire

Les versets qui ont inspiré l’épisode du jour

Alif-Lãm-Mĩm.
Est-ce que les gens pensent qu’On les laissera dire: « Nous croyons », sans les éprouver ?
Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux. Allah connait ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent.
Ou bien ceux qui commettent des méfaits, comptent-il pouvoir Nous échapper ? Comme leur jugement est mauvais !
Celui qui espère rencontrer Allah, qu’il sache que le terme fixé par Allah vacertainement venir. C’est Lui l’Audient et l’Omniscient.
Et quiconque lutte ne lutte que pour lui-même. Car Allah peut se passer de tout l’Univers.

Traduction rapprochée du sens des versets

Je pense que ce passage m’a beaucoup touché et continue de résonner en moi lorsqu’il s’agit de l’épreuve, car il aborde d’une manière particulière le fait d’être éprouvé.

Il existe plusieurs mots pour parler de l’épreuve, du fait d’être éprouvé. Ici, celui qui est employé est  » يُفْتَنُونَ « , c’est de la racine  » ف – ت – ن – fa-ta-na ». Et c’est le même mot qui donne « fitna« .

Pour définir « fa-ta-na« , au-delà de quelque chose qui est une épreuve, c’est aussi quelque chose qui :

  • se travaille,
  • dure,
  • coûte.

Si tu veux une image, c’est exactement la même chose que quand l’orfèvre va brûler l’or, le fondre, pour en extraire les impuretés. On parle même de l’épreuve de l’or, du test de l’or. L’or est éprouvé pour être complètement débarrassé de ses impuretés. Et l’or que tu vas acheter, c’est un or qui a été complètement lavé, vidé de ses impuretés. Et pour cela, il doit passer par une phase de chauffe, il doit être brûlé à haute température pour se débarrasser de ses impuretés.

La douleur de l’épreuve

L’épreuve fait mal, c’est un fait. Dire à quelqu’un que l’épreuve va être facile, qu’il faut aimer les épreuves, les embrasser, les questionner, c’est trop facile. Comme le dit l’adage, « c’est plus facile à dire qu’à faire ».

On ne nous demande pas de nier le fait que l’épreuve fait mal. Gardons toujours en tête l’image de cet or qu’on brûle pour le défaire de ses impuretés. À la fin, nous avons un excellent produit. Et pour te donner une idée, ce n’est pas parce qu’une épreuve est douloureuse qu’elle est mauvaise. La plupart du temps, l’épreuve est associée à quelque chose de mauvais, simplement parce que ça fait mal.

L’épreuve peut être associée à :

  • une punition d’Allah ﷻ,
  • de l’incompréhension,
  • des questionnements sur ce que l’on a fait pour mériter cela.

Ce n’est pas facile lorsque l’épreuve est perçue de cette manière. Il est donc très important de comprendre que nous sommes entourés d’épreuves, que toute notre vie est une épreuve.

Une vie d’épreuves

Les uns pour les autres

Tout commence dès la naissance. Dès que nous arrivons sur Terre, nous sommes éprouvés. Le nouveau-né est éprouvé de devoir respirer par ses propres moyens, de devoir tenter de téter, d’affronter le froid, la faim, le bruit, etc.

Si l’on regarde de près, nous sommes tous les épreuves les uns pour les autres. Quelqu’un est l’épreuve de quelqu’un d’autre, et vice versa. Et cela n’est pas forcément péjoratif.

Par exemple, un enfant est une épreuve pour ses parents, et les parents sont une épreuve pour leur enfant, dans le sens où il faut toujours faire des efforts :

  • Nous ne serons pas toujours d’accord les uns avec les autres, nous n’aurons pas toujours envie de faire ce que l’autre nous demande. C’est une épreuve en soi.
  • C’est une épreuve pour une mère de se lever après avoir passé une nuit blanche pour s’occuper des enfants, les amener à l’école, alors qu’elle est sur-sollicitée et qu’elle doit en plus préparer le repas. C’est une épreuve, car si cela ne dépendait que d’elle, elle irait se reposer à son rythme, il n’y aurait pas de bruit constant chez elle.
  • De même, un homme, qu’il soit enseignant ou autre, ne devrait pas avoir à subir le chahut de ses élèves, ou le fait que ses élèves aient échoué à un examen alors qu’il a mis beaucoup d’efforts pour les préparer. Tout cela est une épreuve.

Une notion omniprésente

Tout dans la vie est une épreuve, c’est indéniable. Prenons l’exemple de passer un examen. C’est douloureux quelque part, car nous sommes dans des conditions spéciales :

  • nous avons beaucoup révisé,
  • nous avons peur de rater,
  • nous pouvons être confrontés à des questions que nous ne connaissons pas,
  • il faut patienter pour les résultats.

C’est donc une épreuve..

Même notre ancêtre, Adam (paix soit sur lui), au Paradis, Allah ﷻ ne l’a pas épargné en le mettant à l’épreuve. Et une fois qu’il est descendu sur Terre, cela a été une succession d’épreuves pour lui. Nous sommes issus de ces épreuves.

Des bienfaits insoupçonnés

Vouloir éviter les épreuves, se demander pourquoi nous sommes éprouvés de telle manière, cela peut être difficile à comprendre. Certains seront plus éprouvés que d’autres à des moments précis, et certains subiront des épreuves plus difficiles que d’autres. Les situations s’inversent : ce qui est une épreuve difficile pour moi maintenant pourrait sembler légère pour toi, et vice versa, dans quelques jours ou quelques instants.

Les jours se succèdent différemment pour chacun, comme le dit le Coran :

« Nous alternons les jours entre les gens ».

Il y aura des jours qui te seront favorables et d’autres qui te sembleront contraires. Ton « mauvais jour » ne sera pas le même que celui de quelqu’un d’autre, et heureusement !

Imaginons si tout le monde sur Terre était synchronisé sur un mauvais jour en même temps. Ce serait ingérable. Il n’y aurait personne pour aider l’autre à sortir la tête de l’eau.

De la même manière, si tout le monde était constamment de bonne humeur, cela pourrait sembler positif, mais en réalité, ce ne serait pas nécessairement le cas.

L’épreuve et la reconnaissance

Nous savons que l’être humain, lorsqu’il vit dans le meilleur des mondes possibles pendant un certain temps, peut se laisser aller à la routine, à prendre les choses pour acquises et à oublier d’être reconnaissant. Il pourrait commencer à être insouciant, et ce n’est pas toujours bénéfique. Si tout était toujours parfait, sans épreuves, ni pour nous ni pour notre famille, cela pourrait poser problème.

Quelles seraient les chances que nous remercions Allah ﷻ avec la même ferveur tous les jours, que nous restions humbles et que nous n’acceptions pas tout comme acquis ? Et quelles seraient les chances que nous soyons capables de faire face à une épreuve quand elle surviendra, si nous avons perdu l’habitude ?

C’est pourquoi Allah ﷻ nous éprouve régulièrement dans la journée avec de petites épreuves dans notre quotidien. En réalité, Il nous prépare ainsi aux grandes épreuves qui peuvent survenir, celles qui sont un peu plus inhabituelles :

  • une maladie,
  • des problèmes financiers,
  • la perte d’un être cher,
  • un échec…

Ce sont les petites épreuves qui nous préparent aux plus grandes.

Les épreuves des prophètes

En entendant les récits des grandes épreuves de la sirah, nous réalisons que nous ne sommes peut-être pas encore prêts à y faire face.

Des épreuves incommensurables

Lorsqu’on examine l’exemple du prophète Ya’aqoub عليه السلام, on connaît bien son histoire. Il a perdu son fils Youssouf عليه السلام pendant de nombreuses années, il n’a pas eu la chance de le voir grandir, de le voir devenir adolescent et adulte, ni de voir son épouse et ses enfants évoluer. Aussi, il a dû faire face à cette épreuve, comme en témoigne la belle expression « صَبْرًۭا جَمِيلًاl », une belle patience, prononcée par lui-même.

Ibrahim عليه السلام a également souffert de l’absence d’amour paternel. Son père n’était pas de son côté, mais au contraire, l’a persécuté et menacé, étant lui-même idolâtre.

Nouh عليه السلام a dû faire le deuil d’une relation maritale avec une épouse qui était toxique et qui n’était pas croyante.

Assia (paix soit sur elle), la femme de Pharaon, a également connu un mariage des plus toxiques.

De même, notre Prophète Muhammad a traversé d’innombrables épreuves. Il a été orphelin, a perdu des enfants, le décès de sa première épouse Khadija (paix soit sur elle) et a subi de nombreuses persécutions, embargos, exils et guerres.

Des leçons pour nous

Parfois, voire souvent, notre épreuve ne nous concerne pas seulement nous-mêmes. Elle peut servir à un but plus large. Mon épreuve, ton épreuve, elles peuvent avoir un impact sur d’autres personnes. Elles touchent directement notre famille, nos enfants, et les gens à qui nous transmettons nos expériences.

À chaque coup que le Prophète a reçu dans les batailles, chaque guerre, chaque pierre reçue lors des tortures, chaque fois que les gens le chassaient comme à Ta’if, chaque insulte qu’il a reçue (on lui jetait même des ordures devant chez lui !), si tout cela n’avait pas eu lieu ou s’il l’avait vu vraiment comme une injustice, nous ne serions pas là. Il nous aurait sacrifiés en sacrifiant son épreuve.

Mais, grâce à Allah ﷻ, il a embrassé ses épreuves, et c’est ainsi qu’il peut nous prendre dans ses bras et nous enlacer aussi. Il a dit à ses compagnons que ses frères lui manquaient :

« Ceux qui viendront après moi et qui vont me suivre, qui vont croire en moi alors qu’ils ne m’ont jamais vu. »

Comment ne pas croire en un homme qui a tout subi pour nous ? Nous le croyons sur parole et nous voulons l’imiter.

Souviens-toi qu’aucune épreuve que tu pourras vivre n’égalera celle des prophètes, de leurs épouses, des mères des prophètes.

Accepter ou non l’épreuve : a t-on le choix ?

Il est presque plus facile pour nous d’embrasser les épreuves, car elles nous rappellent aussi Adam et Iblis. Clairement, quand on sait vivre une épreuve, l’apprécier, l’accueillir, on s’inscrit dans l’héritage d’Adam, qui l’a accueilli à bras ouverts.

On ne peut pas refuser l’épreuve puisqu’elle est là et qu’on doit la subir. Mais lorsqu’on est en échec sur la manière de la subir, de l’accueillir, de s’en remettre à Allah ﷻ, c’est en réalité une imitation directe d’Iblis !

L’espoir doit triompher sur le désespoir. Nous sommes plus nombreux qu’Iblis, donc pourquoi échouerions-nous là-dessus ?

Après la difficulté vient la facilité

L’épreuve peut aussi être associée à la difficulté, et si cela fait mal, c’est aussi une difficulté.

Allah ﷻ, dans le Coran, parle de la difficulté et de la facilité. Tu connais sûrement ces deux versets où Allah ﷻ dit :

« Certes, avec la difficulté, il y a une facilité »

Sourate Ash-Sharh, versets 5-6

Donc, la difficulté est nommée, précisée par Allah ﷻ. Il nous indique qu’Il la connaît, qu’Il nous l’a donnée et qu’Il l’a calibrée sur mesure pour nous, elle nous est destinée. Maintenant, on va voir comment tu vas la vivre.

En revanche, la facilité est décrite par Allahﷻ de manière indéfinie, comme pour dire que la facilité viendra, mais elle viendra d’une manière ou d’une autre. Elle s’adaptera à :

  • l’épreuve que tu auras,
  • la personne que tu seras à ce moment-là,
  • ton état d’esprit,
  • la phase de ta vie où tu te trouveras.

La métaphore du colis

Pour ceux qui me suivent sur Instagram, Telegram, ou d’autres canaux, vous êtes habitués à mes métaphores. J’aime bien associer la facilité et la difficulté que Allah ﷻ envoie avec une épreuve comme un colis que l’on reçoit, un colis où il y a deux produits. Et la plupart du temps, les gens qui n’acceptent pas l’épreuve, ou qui vivent très mal l’épreuve parce qu’ils n’avaient pas conscience de la facilité avec, ou qu’ils en refusaient l’idée, ces gens vont maudire le colis. Ils vont trouver un produit, ils vont l’utiliser, et le produit ne va pas marcher, ou ça va piquer, ça va faire mal.

La déception

On peut imaginer par exemple que tu achètes un shampooing sur Internet. Quand tu reçois le colis, tu l’utilises, et tu te dis qu’il ne t’est pas adapté, qu’il assèche tes cheveux.. Tu n’arrives même pas à apprécier à quel point le cuir chevelu est propre, à quel point la chevelure est propre, à cause des effets asséchants. Du coup, tu n’utilises plus ce shampooing. Un jour, quand tu voudras mettre des cartons à la poubelle, tu vas rouvrir ce paquet et te rendre compte qu’il reste quelque chose dedans : un après-shampoing.

Cependant, tu n’arriveras pas à apprécier l’après-shampooing parce que tu as déjà “tiré un trait” sur le shampooing et tu ne vas pas utiliser l’après-shampooing tout seul. Donc, du coup, tu ne mesures pas la valeur de cet après-shampooing.

Du sur-mesure

Petit à petit, à force de s’éduquer, on arrive à une autre phase. Le but ultime, c’est d’être en mesure d’ouvrir le colis et dès le départ se dire  » je suis sûr qu’il y a un deuxième produit, c’est pas normal qu’il y ait que celui-là. » Et donc, tu cherches le deuxième. Tu ne vas pas jeter le carton sans avoir trouvé les deux car l’un ne peut pas être utilisé sans l’autre parce qu’il n’aura pas le maximum de son efficacité. En effet, un shampooing lave très bien mais laisse le cheveu sec et emmêlé. L’après-shampooing démêle excellemment bien, il nourrit, etc., mais il ne lave pas comme un shampooing. Surtout, il faut imaginer que ces produits sont des formules spécialement étudiées pour toi ! Ce sont des produits sur-mesure.

Maintenant imagine l’épreuve qu’Allah ﷻ te donne. C’est une épreuve de luxe, parce qu’elle t’a été envoyée pour :

  • t’aider,
  • te faire avancer,
  • t’enseigner,
  • te faire passer à une étape supérieure,
  • te laver de tes impuretés,
  • te laver de tes défauts.

Quand l’épreuve nous change

Des bienfaits en devenir

Après une épreuve, il y a très souvent des choses qu’on ne refait plus:

  • Si tu perds un être cher, ton comportement avec le reste des proches que tu as va être affiné, il va être meilleur, en tout cas, il va changer.
  • Quand tu échoues à un examen, quand tu es amené à le repasser, tu ne refais pas les mêmes erreurs.
  • Lorsque tu as perdu des biens, de l’argent, tu vas davantage en mesurer la valeur par la suite.
  • Quand tu as connu la faim, la famine et qu’ensuite tu ne manques de rien, tu savoures cette nourriture d’une manière que tu n’aurais jamais savourée auparavant.

Ces épreuves deviennent alors des bienfaits.

Parfois, l’épreuve nous est envoyée, calibrée, parce qu’on dévie de notre couloir. Nous avons tous un couloir qu’Allah ﷻ nous a assigné pour atteindre le paradis. Et ce qui se passe dans notre vie, c’est qu’au fur et à mesure, on s’éloigne du couloir, on en change, on regarde le voisin, la voisine, on va perdre notre temps, on va se mêler de ce qui ne nous regarde pas, et en tout cas, on s’éloigne tout le temps de notre couloir.

Les épreuves de la vie, moi je les vois comme si Allah ﷻ te remettait dans ton couloir. Parfois c’est difficile, parce qu’on est tétu ou que l’on ne comprend pas.

Des enseignements indispensables

Il arrive aussi que les épreuves se répètent. Quand une épreuve se répète dans ta vie, dis-toi à 99,99% qu’il y a une leçon qu’Allah ﷻ cherche à t’enseigner, que tu ne veux pas comprendre. Et si ça se répète, et en plus que la fois d’après elle est plus forte, plus douloureuse, plus éprouvante, c’est qu’il y a une leçon à prendre.

De mon côté, ça m’est arrivé dans ma vie, l’épreuve se répète, encore et encore, chaque année. Quand enfin je l’ai compris, je me vois littéralement à genoux, en sanglots, complètement au bout de mes peines, en train de dire à Allah ﷻ que ça y est, j’ai compris

Je peux te dire que l’épreuve s’est arrêtée au moment-même où j’ai compris. Donc, c’était nécessaire, et ce que j’ai appris dans cette épreuve, cette leçon là, si je ne l’avais pas appris, ça aurait été délétère pour le reste de ma vie. Ça aurait été dangereux.

Allah ﷻ sait ce qui est mieux pour nous

Nous sommes des êtres humains, nous ne savons pas ce qui est bien pour nous. Nous ne le savons en tout cas pas comme Allah ﷻ le sait, ça c’est certain, car c’est Lui qui nous a créés. Donc, lorsqu’Il nous envoie quelque chose dans notre direction, faisons comme les compagnons du Prophète .

La proximité d’Allah ﷻ

Lorsqu’ils voyaient une épreuve arriver, ils l’accueillaient à bras ouverts. Quand ils passaient trois jours sans épreuve, ils s’inquiétaient, ils se demandaient si Allah ﷻ les avait oubliés, s’Il les aimait encore. Ils étaient vraiment inquiets.

Nous, lorsque nous n’avons pas de nuages qui se préparent, pas de problème, pas d’épreuve, on dit « Al Hamdoulillah, tout va bien, il n’y a aucun problème.” Nous, c’est là en fait qu’on se sent bien.

Puis, quand une éprouve nous touche, on se demande ce que l’on a fait pour vivre ça. Pire encore, on peut se demander où est Allah ﷻ alors qu’on a besoin de Lui ! En fait, Allah ﷻ n’a jamais été aussi proche de toi que pendant l’épreuve, parce que justement Il te l’a envoyée, Il te la calibrée pour toi. Il t’observe, te donne l’épreuve ainsi que tous les outils, tous les accessoires nécessaires pour bien la vivre et pour qu’elle te serve.

C’est littéralement comme un enseignant qui te donne un examen et qui te fournit la copie pour écrire dans l’examen. Le stylo pour écrire sur l’examen. Il t’a enseigné les leçons avant pour que tu puisses réussir l’examen.

Et il faut imaginer cette scène-là, Allah ﷻ n’est jamais aussi proche de quelqu’un que pendant l’épreuve. Si tu réussis à comprendre ça, tu auras réussi à comprendre 99% de l’épreuve.

Un « mal » nécessaire

De mon côté, je vois les épreuves comme des “balayettes” qu’on reçoit. Il y a des épreuves que j’ai réussies dans ma vie pour lesquelles je me disais qu’elles faisaient mal, mais que c’était nécessaire. Elle faisait mal sur l’instant présent, mais ce qui en a découlé, si c’était à refaire, je revivrais cette épreuve, j’irais moi-même la chercher auprès d’Allah ﷻ, j’irais moi-même en fait solliciter à Allah ﷻ de me l’envoyer.

C’est une façon de parler, car il ne faut pas souhaiter la difficulté. De toute façon, il faut faire confiance à Allah ﷻ. Il sait exactement quoi nous envoyer et quand nous l’envoyer. Donc littéralement, l’épreuve, ce test-là, c’est uniquement pour te recalibrer dans ta vie lorsque tu risques de t’éloigner du couloir qui te mène au Paradis.

Allah ﷻ ne veut pas prendre le risque que tu ne fasses pas partie de la liste d’appel du Paradis. Il veut tellement pas se risquer à ça qu’il va te faire trébucher, d’où “la balayette”, littéralement, pour que tu te relèves et que tu te rappelles que c’était pas cette route-là sur laquelle tu devais être.

Des successions de difficultés

Lorsque tu te relèves de cette “balayette” et que tu continues à diverger, il y aura d’autres balayettes jusqu’à ce que tu comprennes et que tu te dises :

« Mince, cette route-là, elle a l’air impraticable. Chaque fois que j’essaie d’avancer, je tombe. »

Et bien je vais retourner sur mes pas, vers la route que je connais, celle qui me semble familière.

Et là, généralement, ça se passe bien. Mais dans la vie, on rencontre :

  • des aléas,
  • différentes fréquentations,
  • les influences de la société,
  • Shaytan et ses sbires.

Ainsi, on ne mènera pas une route toute droite sans embûche.

L’être humain va être éprouvé parce que l’être humain est une épreuve, et pour lui-même. En effet, on ne peut pas gérer :

  • quelles émotions vont arriver,
  • à quel moment,
  • nos états d’âme,
  • la manière dont on va se sentir.

Cette instabilité fait que l’on va dévier, on ne va pas rester dans notre couloir.

Finalement la vie, c’est comme un électrocardiogramme. Tant que ça oscille, il y a de la vie. Et le jour où c’est plat, c’est que la personne est morte. De la même manière, dans la vie il y aura des hauts et des bas.

L’essentiel c’est de respecter la ligne isoélectrique, de ne pas être trop souvent en bas. Alors, quand tu es au-dessus, tu dois fournir beaucoup d’efforts dans les actes pour pouvoir compenser les pertes de quand tu es un peu plus down.

La confiance en Allah ﷻ

Plus on va aimer l’épreuve, et mieux on va avancer. Et aimer l’épreuve c’est plus facile qu’on ne le pense. C’est aimer Celui qui nous l’a envoyée. Et aimer Celui qui nous a envoyé l’épreuve, c’est Lui faire confiance.

Et lorsqu’on fait confiance à Allah ﷻ et qu’on L’aime :

  • on accepte tout,
  • on Le suit,
  • on Lui obéit,
  • on n’a pas de mal avec ça.

Comme le dit le verset :

« Mais peut-être que vous allez avoir de l’aversion pour quelque chose alors que c’est un bien pour vous »,

Alors, tu as une confiance tellement totale en Allah ﷻ que, lorsque tu vois arriver l’épreuve, tu vas :

  • l’accueillir,
  • l’installer,
  • la vivre pleinement.

Et lorsque ce sera terminé, tu sais que tu seras une meilleure personne.

L’aversion pour l’épreuve

Si on a du mal avec le fait d’aimer l’épreuve, le fait d’avoir confiance en Allah ﷻ qui nous a envoyé l’épreuve, c’est énormément lié à notre train de vie, au monde dans lequel on vit, plus encore dans notre ère que dans les ères précédentes.

Aujourd’hui, on est habitué à la rapidité dans tous les domaines . On commande et on reçoit la commande le soir même voire le lendemain. Quand une commande met du temps à arriver, deux jours de plus, un jour de plus, on va faire des réclamations. On avait prévu que ça arrive à telle date parce qu’on en avait besoin pour tel événement, etc. Alors, on est prêt à faire des pieds et des mains pour aller chercher ce colis. Pourtant, il fut un temps où ce service n’existait même pas. Puis, quand il existait, les délais étaient longs.

De nos jours, tout est instantané. On parle à quelqu’un, on exige une réponse rapide. On envoie un message à quelqu’un, s’il ne nous a pas répondu dans les 12 heures, on le relance, on envoie des points d’interrogation. Ce n’est pas du tout agréable.

Notre attitude vis-à-vis d’Allah ﷻ

Dis toi que c’est exactement ce comportement que nous avons parfois avec Allah ﷻ. On lui demande quelque chose, on fait une invocation, et on attend. Et on ne comprend pas. Et là, on se dit à quoi bon ? J’ai demandé et on ne m’a pas répondu.

Mais qui sommes-nous ? Nous ne sommes pas les clients d’Allah ﷻ ! Il ne nous doit rien ! Quand on agit comme ça on assimile le fait qu’Il nous doit quelque chose, qu’Il doit répondre à une promesse, qu’on a payé quelque chose et on attend en retour.

Mais qu’avons-nous payé en fait ? Si tu te rappelles, l’épisode où je parlais de ton commerce avec Allah ﷻ, pour rappel, qui t’a donné l’investissement de base ? Allah ﷻ dit qu’il a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens du fait qu’Il leur donne le Paradis. C’est Lui qui le donne ! Et la chose qu’il te demande d’investir et de lui vendre pour atteindre le Paradis, c’est aussi Lui qui te le donne.

Donc, à quel moment Allah ﷻ nous doit quelque chose ? Il est Al Hamid, celui qui est loué d’office, même s’il n’y a personne en face. Il n’est pas seulement digne de louanges. C’est celui qui est naturellement loué, louable, loué, et encore loué.

Nous ne sommes pas les clients d’Allah ﷻ. Nous sommes ses serviteurs, ses esclaves, et c’est le plus haut statut auquel on peut prétendre auprès d’Allah ﷻ. C’est le plus beau. Et quand Il décrit Son prophète, il le décrit avec ce qualificatif, alors que c’est le meilleur des hommes.

Croquer l’épreuve à pleines dents

Aimons nos épreuves, apprenons à les observer quand elles sont en train d’arriver, parce qu’une épreuve, elle arrive rarement sans s’être annoncée. Des fois, ça peut paraître brutal, mais il y a eu des prémices.

Tous les jours, il est nécessaire de questionner :

  • notre comportement,
  • nos intentions,
  • nos relations avec les gens.

Quand l’épreuve est là, quelle est ma posture, quel est mon comportement ?

Si une épreuve ne me rapproche pas d’Allah ﷻ, il y a clairement un problème. Une épreuve, lorsqu’elle est passée, doit me faire franchir un niveau supérieur. Mais encore faut-il que je la vois comme telle.

Je peux vivre mon épreuve pleinement, la croquer à pleines dents, apprécier Allah ﷻ pour ça, le remercier, lui demander de nous aider dans cette épreuve. C’est Lui qui nous l’a envoyé.

Avant de te laisser…

Ne pas remercier Allah ﷻ, ne pas lui demander pardon, ne pas se remettre en question, c’est agir comme Iblis. En effet, quand je ne me remets pas en question, j’ouvre la porte à me justifier. Et lorsque je me justifie, je suis orgueilleux. Lorsque je suis orgueilleux, je ne peux pas comprendre, et je finis par mettre la faute sur les autres, alors qu’à la base c’était moi. On peut créer littéralement notre destinée à travers notre comportement durant les épreuves. Donc soyons ceux qui aimons nos épreuves et pas ceux qui les subissons. Ainsi, tu peux soit :

  • Aimer tes épreuves et patienter quand tu es dedans
  • Les subir et t’en plaindre

Cependant, l’épreuve sera quand même là.

Ainsi, je t’invite à avoir le bon état d’esprit. Qu’Allah ﷻ nous compte parmi ceux dont les épreuves sont bénéfiques, parmi ceux qui, lorsqu’ils voient la difficulté arriver, recherchent simultanément la facilité. Qu’Allah ﷻ fasse que nous soyons de ceux qui croquent l’épreuve à pleines dents, qui remercient Allah ﷻ, qui Lui demandent pardon, qui ne se remettent pas dans la difficulté dans laquelle ils étaient avant l’épreuve. Qu’Il nous compte parmi ceux qui se remettent en question et qui regagneront le couloir qui mène vers le paradis. Qu’Allah ﷻ nous fasse retrouver notre chemin vers notre Paradis, là où tout a commencé.

Si cet épisode t’a plu, n’hésite pas à le partager ! Tu souhaites découvrir davantage de pépites de ton Coran ? Rejoins-moi sur Instagram et découvre également la formation « Coran de ma vie », pour faire du Coran ton compagnon de vie.

illustration pinterest pour l'épisode de podcast intitulé aimer ses épreuves
citation sur le fait d'aimer ses épreuves "Quand une épreuve se répète dans ta vie, dis-toi qu'il y a une leçon qu’Allah cherche à t'enseigner, que tu ne veux pas comprendre."
Partager cet article :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles similaires

Quiz gratuit

Découvre ton profil d'apprentissage et des conseils pour mémoriser le Coran

Par ce test, tu en apprendras davantage sur ton profil d’apprentissage, le style que tu préfères utiliser pour recueillir et utiliser les idées et les informations.

Coche les réponses qui correspondent au mieux à tes habitudes et tes préférences. À la fin, découvre tes résultats et les conseils associés.

Retour en haut