illustration de la calomnie entre plusieurs personnes représentées par des pions

Briser le cercle vicieux de la calomnie

Temps de lecture estimé : 9 min.

De tout temps, la calomnie est un fléau. Elle atteint l’honneur des individus, pouvant entacher leur réputation. Les musulmans ne sont pas épargnés, comme cela fut le cas pour notre mère Aïsha رضي الله عنها. Suite à la calomnie grave dont elle fut la cible, Allah ﷻ a révélé des versets, non seulement pour la disculper, mais également pour mettre en garde les croyants. Alors, voyons ensemble ces versets, et comment ils résonnent encore pour nous aujourd’hui

Sommaire

« Pourquoi lorsque vous l’avez entendu cette calomnie, les croyants et les croyantes, n’ont-ils pas en eux-mêmes conjecturé favorablement ?
Et n’ont-ils pas dit, ‘c’est une calomnie évidente’ ? Pourquoi n’ont-ils pas produit à l’appui de leur accusation quatre témoins ? S’ils ne produisent pas de témoins, alors ce sont eux les menteurs auprès d’Allah. N’eussent-été la grâce d’Allah sur vous et sa rahma, ici-bas comme dans l’au-delà. Un énorme châtiment vous aurait touché pour cette calomnie dans laquelle vous vous êtes lancés. Quand vous colportiez la nouvelle avec vos langues et disiez de vos bouches ce dont vous n’aviez aucun savoir, et vous le comptiez comme insignifiant alors qu’auprès d’Allah, c’est énorme. Et pourquoi lorsque vous l’entendiez, ne disiez-vous pas ‘nous ne devons pas en parler’ ? Gloire à Allah, c’est une calomnie énorme. Allah vous exhorte à ne plus jamais revenir à une chose pareille si vous êtes croyants. Allah expose clairement sur vous les versets et Allah est omniscient et sage. »

Traduction rapprochée du sens des versets

Le contexte des versets

Sans entrer dans les détails de l’histoire, il s’agit d’une calomnie qui a été proférée à l’encontre de notre mère, Aisha رضي الله عنها, qui est l’épouse du Prophète Muhammad ﷺ. Elle a été accusée à tort de fornication. Bien entendu, c’était complètement faux.

Pourtant, l’information a été propagée, elle est devenue virale. Aisha elle-même a été parmi les dernières à en être informée. Elle était tombée malade, elle était restée plusieurs jours chez elle, et elle ne savait pas ce qui se passait. Quand l’information lui est parvenue, elle est devenue encore plus malade. Elle en a pleuré, elle en a été déprimée. Elle ne s’attendait tellement pas à cela ! C’était une calomnie grave et énorme.

Ce passage est l’un des passages du Coran où Allah ﷻ est le plus ferme, direct et tranchant. Parfois, il faut être un peu plus sévère pour faire passer un message. En l’occurrence, ici, il ne s’agissait pas seulement de faire passer un message du type « ne faites pas cela, c’est mieux de ne pas le faire », etc. On le fait quand la personne n’a pas encore commis l’erreur.

Une fois qu’une erreur grave est commise, on ne peut pas parler à la personne tout gentiment en lui disant de ne plus recommencer. Non, là, c’était tellement grave, c’était à l’encontre du Prophète et de son épouse, c’était gravissime.

Une calomnie colportée également par les musulmans

Dans ce passage, Allah ﷻ pose énormément de questions. Il y a une question qui est posée sous deux formes différentes, mais c’est un peu identique au début et à la fin du passage. Mais littéralement, il est en train de demander aux croyants et croyantes pourquoi ils ont cru !

Nous ne parlons pas de non-musulmans, nous ne parlons pas de non-croyants ! Nous parlons de croyants et Allah ﷻ précise bien « croyants et croyantes ». En effet, les hommes ont diffusé l’information d’une certaine manière, et les femmes d’une autre manière. Et chacun avec des aspirations différentes. Donc, pour que tout le monde se sente concerné par ce qu’il a fait, il s’adresse aux hommes et aux femmes.

Allah ﷻ leur dit que c’est une calomnie évidente, que ça ne mérite même pas qu’on s’y attarde. A la fin, Il répète encore :

« Pourquoi est-ce que quand vous avez entendu cela, vous n’avez pas dit : ‘Nous ne devons pas en parler’, ‘On ne parle pas’, ‘Gloire à Allah, c’est une calomnie énorme’ ? »

Dans Son discours, Allah ﷻ leur dit que c’est cela qu’Il attendait d’eux.

Des leçons intemporelles

Nous ne n’étions pas concernés directement au vu de l’époque, et pourtant en insistant sur le “Vous” on a l’impression que nous aussi on doit se demander en quoi nous pouvons appliquer cela. Est-ce qu’aujourd’hui il n’y a pas des calomnies à tout va, des rumeurs, des informations virales qui circulent ? Il n’y a que cela, donc nous sommes tout à fait concernés, que ce soit au sujet de la fornication ou d’un autre sujet.

Nous vivons à une époque où il est devenu le plus naturel du monde de parler dans le dos des autres, colporter des informations que nous n’avons pas vérifiées, qui sont fausses et qui deviennent virales.

Chacun y va de son grain de sel, chacun y met son commentaire. Au point où parfois, il faut désactiver les commentaires sur les réseaux sociaux, par exemple ! En effet, dès qu’on les ouvre, tout le monde donne son opinion, même sur des sujets qu’ils ne connaissent pas en entier, sans comprendre le contexte. Pourtant, tout le monde se sent le droit de parler à chaque fois.

C’est pourquoi Allah insiste en disant que vous avez colporté la nouvelle avec vos langues, et Il répète en disant « de vos bouches ». On pourrait presque trouver cela redondant, puisque la langue et la bouche sont la même chose. Mais en insistant de cette manière, Allah ﷻ souligne le fait qu’ils ont pris la peine de faire tourner leur langue pour dire quelque chose d’aussi horrible et qu’ils n’auraient pas dû se rabaisser à cela !

Calomnie et viralité : les bonnes questions à se poser

Allah ﷻ est sévère dans ce passage parce qu’Il est profondément dérangé par ce comportement. Surtout lorsqu’il est perpétré par des musulmans ! C’est pourquoi à la fin, Il conclut en disant qu’ils ne doivent plus jamais se comporter de cette façon. À leur époque, entendre de telles choses devait leur faire froid dans le dos. Et nous aujourd’hui, ça doit nous faire le même effet lorsque nous sommes tentés de commenter ou d’en rajouter après avoir vu une information.

Lorsque des choses deviennent virales, c’est parce qu’il y a des gens qui les alimentent et d’autres qui sont intéressés par ces informations de plus en plus croustillantes. Pourtant, cela ne sert à rien. Nous ne pouvons pas être des milliers de juges pour une affaire. Chaque commentaire que nous faisons, chaque réaction que nous avons, doit être réfléchie :

  • Est-ce qu’il servira la cause ?
  • Est-ce qu’il aidera la personne concernée ?
  • Est-ce qu’il contribuera à notre propre vie d’une manière constructive ?

Si la réponse est non, alors on ne parle pas. Nous devons nous abstenir.

Briser le cercle vicieux de la calomnie

C’est un passage du Coran qui est vraiment crucial pour nous enseigner à briser le cercle vicieux en disant simplement “non”.

Le fléau des calomnies sur les réseaux sociaux

Les réseaux sociaux semblent être le siège même de ce comportement qu’Allah ﷻ nous reproche dans ce verset.

Les calomnies, les rumeurs, les bad buzz, etc., abondent sur les réseaux sociaux aujourd’hui, et c’est trop. Chaque like, chaque partage, chaque commentaire agit comme une caution, validant quelque chose, même si nous n’en avons pas parlé explicitement. C’est grave, car en approuvant quelque chose de cette manière, nous contribuons à sa propagation.

En effectuant des actions telles que liker une publication, nous alimentons en réalité un algorithme. Plus il y a de likes, plus cela déclenche certains mécanismes :

  1. La publication devient plus visible ;
  2. D’autres personnes sont incitées à la regarder ;
  3. Elles interagissent avec elle, en likant à leur tour, et ainsi de suite.

Les commentaires en ligne

Le même principe s’applique aux commentaires : ceux qui parlent et ajoutent leur propre opinion contribuent également à cette dynamique. Ainsi, il ne faut pas le faire.

Il y a une catégorie de commentaires qui est particulièrement intéressante : ceux où la personne se contente juste de taguer quelqu’un, sans rien ajouter. Elle ne dit ni merci, ni au revoir, elle se contente simplement de mentionner quelqu’un, un ami ou une amie. Et c’est tout.

Lorsque vous, en tant qu’auteur de la publication, recevez une notification pour ce commentaire, vous avez parfois l’impression que la personne vous dit, de manière implicite :

« Je n’ai rien demandé, je parlais juste à ma copine pour qu’elle regarde la publication. Je n’ai pas envie de te parler, mais je suis venue regarder ton post. »

La personne peut alors argumenter en disant qu’elle n’a rien dit de mal, qu’elle n’a fait que taguer quelqu’un, qu’elle n’a pas parlé. Cependant, en réalité, le simple fait de taguer quelqu’un sous une publication est similaire à attirer son attention dans la vie réelle. C’est comme si elle disait : « Viens voir, il y a quelque chose ici », ou en faisant signe à quelqu’un pour lui montrer quelque chose. C’est exactement pareil.

Inviter quelqu’un à regarder une information qu’il n’aurait peut-être pas vue autrement est une responsabilité importante, car cela peut avoir des conséquences graves, même si nous ne nous en rendons pas compte sur le moment.

Penser à l’impact de nos actions

La personne concernée par une calomnie, même si celle-ci était vraie, n’aimerait probablement pas que cela soit diffusé de cette manière. Il est essentiel de se rappeler que chaque like, chaque commentaire, chaque partage, reste enregistré quelque part. Ils peuvent avoir des répercussions sur la vie de quelqu’un, même longtemps après que nous ayons oublié l’action en question.

Le jour du Jugement dernier, chaque individu sera confronté à son livre de vie. Chaque action, chaque parole, chaque pensée, chaque lieu où tu es allé, y seront consignés. Ce jour-là, il est probable que beaucoup regretteront leurs actions sur Internet et les réseaux sociaux. Nous vivons à une époque où nous sommes constamment bombardés de distractions et de divertissements. Cela peut conduire à des comportements impulsifs ou irréfléchis en ligne.

Au jour du Jugement, les gens de notre époque souhaiteront certainement ne pas avoir vécu au temps d’Internet tant leur livre risque d’être rempli. Il est essentiel de prendre conscience de notre responsabilité en ligne. Nos actions auront des répercussions non seulement dans cette vie, mais aussi dans l’au-délà. Alors, il nous faut éfléchir attentivement avant d’agir.

Il est vrai que nous pouvons multiplier les bonnes actions et qu’elles seront prises en compte positivement dans notre bilan. Cependant, il en va de même pour les péchés. En effet, si une action que nous avons contribué à déclencher se révèle néfaste, nous en porterons la responsabilité. Allah ﷻ est juste dans toute chose.

Réfléchir avant d’agir

Il est essentiel de réfléchir avant d’agir en ligne. Il faut se demander si nous serions fiers de voir nos actions écrites dans notre livre de comptes le jour du Jugement dernier. Avant de poster un commentaire ou d’interagir avec une publication, nous devrions nous demander si ces actions contribuent à notre propre bien-être spirituel et à celui des autres, ou si elles pourraient causer du tort.


Le jour du Jugement, il ne sera plus possible d’effacer. Or, aujourd’hui tu as cette possibilité : tu as le cahier, le stylo, ainsi que l’effaceur. A toi d’en faire ce que tu veux.

Nous serons confrontés à nos actions, et il sera trop tard pour regretter. C’est pourquoi il est important de prendre conscience de la gravité de nos actes dès maintenant, et d’agir en conséquence.

Le comportement à adopter face à la calomnie

SI l’on prend l’exemple d’un compagnon qui a immédiatement coupé court à la discussion avec sa femme et a déclaré fermement que l’information était fausse, sans même entrer dans les détails, c’est un modèle de sagesse et de retenue.

Ils étaient tous les deux au courant de l’information. Cependant, le simple fait de discuter à ce sujet aurait pu potentiellement amplifier la propagation de la calomnie, même si elle restait entre eux. En refusant catégoriquement d’alimenter la conversation et en mettant un terme à celle-ci dès le début, cet homme a montré un comportement exemplaire.

C’est effectivement ce genre de réaction que nous devrions avoir lorsque nous sommes confrontés à des informations douteuses ou nuisibles. Simplement dire « Stop, on n’en parle pas, c’est faux » suffit souvent à mettre un terme à la propagation de la calomnie.

Nous devrions toujours réfléchir à deux fois avant de partager ou de commenter quelque chose en ligne. Nous devons nous demander si nous voudrions que cela soit écrit dans notre livre de compte le jour du Jugement dernier. Si la réponse est non, alors il vaut mieux s’abstenir. C’est une leçon précieuse à retenir dans nos interactions en ligne.

Encouragez les contenus positifs. Les êtres humains ont besoin de partager, de discuter, de commenter et de liker. Faites cela sur des publications qui apportent de la valeur, de l’enseignement, de la créativité, de l’art, etc. Évitez les sujets polémiques.

Avant de te laisser…

La leçon que je souhaite que vous reteniez aujourd’hui est celle qu’Allah ﷻ nous enseigne à l’intérieur de cette sourate. En tant que musulmans, nous devons être des briseurs de chaînes vicieuses, des interrupteurs de cercles vicieux. Nous devons être inébranlables sur ce point. Chacun de nous, en arrêtant la propagation de l’information à notre niveau, peut empêcher sa diffusion. Si chacun d’entre nous agissait ainsi, nous aurions un impact significatif. Nous sommes nombreux, et en agissant ainsi, nous montrerions notre force et notre poids. Il faut que nous nous considérions comme des briseurs de chaînes, prêts à protéger ceux qui sont injustement accusés. Nous devons rejeter les mensonges, les calomnies et dire “non”, “stop”.

Qu’Allah ﷻ nous préserve de devenir ceux qui attristent les autres, ceux qui alimentent les rumeurs et les calomnies sur autrui. Qu’Allah ﷻ nous protège, nous préserve et cache nos défauts, comme nous nous efforçons, inshaALLAH, de cacher les défauts des autres et de briser les chaînes vicieuses.

Si tu veux tirer davantage d’enseignements de ton Coran, et être en mesure de le solliciter au quotidien, je te laisse découvrir ma formation « Coran de ma vie »

Partager cet article :
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Articles similaires

Quiz gratuit

Découvre ton profil d'apprentissage et des conseils pour mémoriser le Coran

Par ce test, tu en apprendras davantage sur ton profil d’apprentissage, le style que tu préfères utiliser pour recueillir et utiliser les idées et les informations.

Coche les réponses qui correspondent au mieux à tes habitudes et tes préférences. À la fin, découvre tes résultats et les conseils associés.

Retour en haut