Comment faire de notre vie une zakat continue ?

Si je te dis zakat, à quoi penses-tu ? À l’aumône légale à verser chaque année aux personnes légitimes à la recevoir ? Et si je te dis que tu peux faire de ta vie une zakat continue, ça te dirait ? Je t’avais annoncé qu’on allait revenir aux basiques : salat, shahada… Toutes ces choses pour lesquelles je trouve qu’on a, un petit peu, perdu l’étincelle. On les fait machinalement, sans réellement rentrer en profondeur. En dehors de cette période de l’année où chacun doit donner sa zakat annuelle, ou la zakat al fitr à la fin du Ramadan, est-ce qu’on se pose véritablement la question de la zakat ? Si l’on connaissait vraiment les profondeurs et la beauté derrière cet acte, on aurait envie de s’en acquitter chaque jour. On aurait envie d’en parler chaque jour. On aurait envie de le transmettre aux autres chaque jour. Aujourd’hui, ensemble, nous allons voir comment faire de notre vie une zakat continue ?

Le verset qui a inspiré cet article

 

 

sourate al hajj verset 78

Traduction du verset :

« Et efforcez-vous pour Allah d’un effort véritable pour LUI. C’est Lui qui vous a choisis ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, selon la Tradition de votre père Ibrahim (Abraham), lui qui vous a déjà nommés : “Muslimin” avant (ce Livre) et dans ce (Livre), afin que le Messager soit témoin à votre égard, et que vous soyez vous-mêmes témoins à l’égard des gens.

Accomplissez donc la Salat, acquittez-vous de la Zakat et attachez-vous fortement à Allah. C’est Lui votre Maître. Quel Excellent Maître ! Et quel Excellent Soutien ! »

Sourate Al Hajj, verset 78

J’ai choisi cette ayah pour tout ce qu’elle renferme comme beauté. Il y a notre historique : le nom de notre père Ibrahim. D’ailleurs, c’est la seule personne qu’Allah ﷻ, dans le Coran, a mentionnée comme étant notre père. Quand Il parle d’Ibrahim, Il parle de la tradition, la religion, les habitudes, l’éducation d’Ibrahim sur nous.

Cette notion d’historique, où l’on repart vers un de nos « papas », Ibrahim, après Adam, je trouve ça touchant. En effet, quand on nous parle d’un papa, et de quelque chose qu’il a fait pour nous, on se sent véritablement comme un petit enfant devant son papa. Il a toujours envie de faire plaisir à son papa, de le rendre fier.

Allah ﷻ, en plus de parler de Sa satisfaction et de l’adoration qu’on Lui doit, Il fait mention d’un de nos ancêtres. Cela pour attendrir encore plus notre cœur et nous motiver davantage. La ayah se termine justement par la salat et la zakat.

J’ai vraiment choisi cette ayah pour la belle liaison qu’Allah ﷻ fait par rapport à la prière. La prière se fait généralement en groupe :

  • Ceux qui prient ensemble restent ensemble.
  • Ceux qui restent ensemble finissent par se connaître.
  • Ceux qui se connaissent savent donc qui a besoin de quoi.

En effet, quand on connait quelqu’un, quand on reste assez avec lui, qu’on le fréquente souvent, on finit par savoir si cette personne est dans le besoin ou pas. On saura si cette personne est à l’aise ou si elle a des soucis. Et là, vient la zakat.

Que signifie le terme zakat ?

 

J’avais abordé avec toi l’importance de partir de l’arabe pour pouvoir saisir toutes les beautés du Coran, on va pouvoir se faire plaisir au fil des épisodes en appliquant cet exercice.

À l’époque où j’étais allée regarder ce que signifiait زكاة — zakat, j’étais tombée sous le charme de ce mot. Comme tout ce que je découvre d’ailleurs !

On va aller à la racine du mot zakat : ز ك و . Dans une autre version, ça sera ز ك ا. Ce mot signifie :

  • le fait d’être pur,
  • sans tache,
  • de croître et grandir,
  • d’augmenter,
  • de convenir à quelqu’un,
  • de vivre dans le bien-être
  • de se plaire dans un endroit.

C’est assez beau comme racine ! À aucun moment, on a la notion de quelque chose où l’on se sacrifie, où l’on dépense, où l’on perd. On est d’accord que lorsqu’on entend parler de donner, de l’aumône, du don, de dépenser, on a l’impression de perdre quelque chose, comme un impôt.

La zakat, au sens où Allah ﷻ en parle, ce n’est pas au sens de l’impôt tel qu’on le connaît. Lorsqu’on va à la définition du terme zakat, qui est traduit par « l’aumône légale », ce sont les mots pureté qui sont définis au mots légal. L’excédent de biens, qui, quand il est distribué, purifie le reste. C’est l’impôt purificateur sur nos biens. Lorsqu’on va à la racine زكيّ — zakiyy, qui désigne la personne, il s’agit de quelqu’un qui est pur, sans tâche. Quelqu’un qui est vertueux, juste, intègre, qui vit dans la prospérité.

Je ne sais pas si tu réalises à quel point l’on pourrait s’arrêter là !

Vivre dans la prospérité, dans le bien-être, se plaire dans cet endroit, purifier les biens qu’on a déjà… À quel moment a-t-on l’impression qu’on se sacrifie en donnant une zakat ? Il n’y a plus forcément la notion d’argent d’ailleurs. C’est bien plus vaste que ça !

 

La notion de purification

 

On peut également faire un parallèle avec un autre mot qui se rapporte à la purification : tahara.

Quand tu cherches la racine de tahara, c’est effectivement la purification, mais surtout une version de la purification qui nous renvoie à quelque chose de sale qu’on tente de nettoyer. Ou encore quelque chose de nettoyé qu’on essaye de maintenir propre. C’est plus la purification au sens propre du terme : avec de l’eau ou quelque chose qu’on nettoie, qu’on essuie. C’est le cas avec le fait de faire les ablutions.

Dans le cas de la zakat, ce n’est pas une purification de biens souillés. D’ailleurs, on ne peut pas donner en aumône un argent qui a été acquis illicitement. Si quelqu’un vend de la drogue, a volé de l’argent, ou possède de l’argent du riba, il ne peut pas l’utiliser pour en faire zakat. C’est impossible d’en faire une aumône. Il doit s’agir de biens qui sont déjà purs.

Des biens purs qu’Allah ﷻ nous demande de purifier. Pureté sur pureté.

 

Faire fructifier

 

Dans le terme de zakat, on a davantage la notion de faire fructifier. La chose est pure, je donne de ce que j’ai pour purifier ce qui me reste, ce que j’ai déjà, et ainsi de suite. Cette action de purification est censée me rendre plus prospère, plus heureuse et augmenter mon bien-être.

En d’autres termes, la zakat c’est donner un peu de ce que tu as pour purifier le reste de ce que tu as. Ça peut être en argent ou en un autre bienfait qu’Allah ﷻ t’a donné. Ainsi, toi tu te purifies, l’autre reçoit le fruit de ta purification.

La zakat n’a donc jamais été un « moins », ça a toujours été un « plus ». C’est comme l’image d’une science que tu transmets : en donner ne t’appauvrira jamais. L’enseignant qui transmet son savoir ne perd pas de son capital de connaissances. Chaque entité dans ta vie a donc son moyen de purification, tout a une zakat.

 

La zakat de la salat

 

Ta prière purifie ton temps. Ta salat, c’est la zakat que tu accordes à ton temps. En la faisant, tu purifies tout le reste de ta journée. Le temps de salat dans une journée, sur 24 heures, ce n’est pas beaucoup !

 

Le parallèle avec le temps

Si l’on compte 5 bonnes minutes pour une salat, et qu’on en a 5 à faire, on est à peu près à 25 minutes sur la journée. Ce n’est même pas une heure !

Si quelqu’un nous demande de lui dédier 25 minutes de ta journée, on aura jamais la notion de sacrifice en entendant ça, on se dira que ce n’est rien.

C’est vraiment la notion de consacrer un petit peu de ce que je possède pour purifier tout le reste que j’ai.

Ce que je donne ne m’appauvrit pas, au sens propre comme au sens figuré.

 

Le parallèle avec l’argent

Lorsque je donne, je n’ai pas l’impression d’avoir donné quelque chose. C’est valable même pour les gens qui sont proches de leurs sous.

En effet, si l’on te demande 2,5 € sur 100 €, tu n’as pas la sensation d’avoir donné beaucoup ! C’est exactement ça qu’Allah ﷻ nous veut. Ces 2,5 € sont très peu pour toi, mais peut-être le tout de quelqu’un d’autre. C’est en fait à Allah ﷻ qu’on donne ces 2,5 €. Et lorsqu’on donne à Allah ﷻ, Il le démultiplie !

De la même façon que la prière purifie le reste de ta journée, la zakat purifie le reste de tes biens. Si l’on parle de la zakat en termes d’aumône et d’argent, l’impôt c’est 2,5 %, ce qui est vraiment peu en comparaison aux taux d’imposition en France !

 

Donner de son savoir : un excellent moyen de faire de notre vie une zakat continue

 

Enseigner ce que tu as appris purifie ce que tu as déjà.

Si tu es expert dans une matière, dans un domaine, tu as mis des années pour acquérir toute cette science. Même si tu essayes de condenser ça en quelques cours, en quelques minutes ou heures, jamais tu ne pourras transmettre autant d’années de travail à une personne en si peu de temps. Il te faudra autant de temps pour que la personne puisse saisir l’étendue de tout ce que tu as appris.

En consacrant ces quelques instants à ces personnes, tu vas leur apporter beaucoup. Tu vas ainsi leur ouvrir un grand champ et une possibilité d’apprendre plus.

De ton côté, ça va purifier ce que tu connais déjà et te permettre d’accroître ce que tu connais.

  • Donner pour purifier ce qu’on a.
  • Donner pour augmenter ce que l’on a.
  • Donner pour sécuriser sa akhira, son au-delà.

Prêter à Allah ﷻ

 

L’être humain a cette tendance à considérer comme étant à lui quelque chose qu’on lui confie, qu’on lui prête. Allah ﷻ nous confie des choses. Il nous a d’ailleurs tout donné, tout ce que l’on possède. Dans le Coran, il est évoqué qu’Il nous demande de Lui prêter, par le biais d’un vocabulaire de commerce, d’emprunt, de confier quelque chose, entre Lui et nous.

Allah ﷻ nous dit dans certains passages qu’Il nous emprunte comme lorsqu’Il parle de قَرْضًا حَسَنًا — Qardhan hassanâ. C’est cette notion de prêt qu’Allah ﷻ fait. Il nous propose de Lui prêter ! C’est assez déroutant et impressionnant, mais c’est le verbe qu’Il emploie.

C’est justement pour nous entraîner avec Lui, afin que ce soit plus simple avec les autres. Allah ﷻ nous demande de prendre ce que l’on a pour le donner, le dépenser aux autres. Sachant qu’à la base cette chose ne nous appartient pas. Ton temps, ton argent, tes connaissances, etc. Tout ça, c’est Allah ﷻ qui te les a donnés. À aucun moment c’est quelque chose que tu as créé toi-même, que tu as réussi à faire seul sans l’aide d’Allah ﷻ. Alors, Il te demande, sur ce qu’Il t’a accordé, de le reprendre pour le donner à d’autres, dans le but de te purifier, de te rapprocher de Lui.

Allah nous a donné, et pourtant, quand Il nous demande, on commence à être des pros de la finance ! On commence à calculer « là je ne peux pas », « je ne peux donner que ça »… Néanmoins, des fois on est capables de dépenser des sommes faramineuses dans des choses qui n’en valent pas forcément la peine : un Uber Eats, des habits, des sacs, des loisirs, alors qu’on pouvait s’en passer.

Et si l’on nous demandait exactement cette même somme pour aider quelqu’un ou pour dépenser pour la mosquée ou quoi que ce soit, bizarrement là on commence à compter ! On commence à se dire « si je donne ça, c’est bon, parce qu’après j’ai d’autres choses à donner donc c’est déjà bien ». Là, on devient des comptables !

 

Le riba qu’Allah s’autorise

 

Dis-toi que l’argent n’est vraiment qu’une petite partie de l’emprunt qu’Allah ﷻ fait quand Il nous demande d’investir. Il nous demande de Lui prêter. Et littéralement, lorsqu’il s’agit de nous rendre ce qu’on Lui a prêté, Il nous le rend avec Ses propres intérêts. C’est comme pour dire que riba, ce surplus, cet intérêt, il n’est beau et légal que lorsque c’est Allah ﷻ le pratique.

Allah ﷻ nous a interdit, lorsque quelqu’un nous prête de l’argent, d’être contraints de rendre à cette personne son argent et des intérêts, un surplus. Lorsqu’on nous prête quelque chose, on doit restituer exactement ce qu’on a emprunté. Ni plus ni moins. Allah ﷻ s’accorde le privilège, quand on Lui prête quelque chose, de nous le redonner avec un surplus.

يُرْبِي الصَّدَقَاتِ
Yurbī As-Sadaqāti

(…) fait fructifier les aumônes

Il nous restitue la sadaqat avec un surplus. C’est très beau de voir qu’Il nous redonne l’investissement de départ en plus encore. Il nous demande, sur ce qu’Il nous a donné, de Lui en prêter un petit peu, et quand Il se décide à nous rendre, Il nous remet encore plus que ce qu’on Lui a prêté.

Investir, vendre, prêter, rendre, réinvestir, etc. Il y a vraiment des aller-retour de biens entre Lui et nous. Tout est fait pour que ça circule de manière fluide. Allah ﷻ nous demande de rendre les choses, d’être fluide dans les échanges qu’on fait avec Lui. Est-ce qu’on est dans cette optique-là ?

 

Un retour sur investissement

 

Quand je pense à la zakat, je pense à cette notion de commerce. Dans le commerce, on est obligé d’investir avant de vendre et donc avant de gagner. Alors, si tu veux gagner ta vie avec une boutique, il faut bien acheter de la marchandise. Tu ne peux avoir de la marchandise qu’en l’achetant. Et bien sûr, tu ne peux l’acheter qu’en ayant de l’argent au départ. Il y a donc au début cette notion de sacrifice et de risque dans le commerce.

Personne ne peut prédire si l’affaire dans laquelle tu te lances va être rentable ou non. Tu ne peux pas anticiper le profit que tu vas te faire. Allah ﷻ utilise le même mode opératoire. Le retour sur investissement qu’Il fait du commerce, qu’Il nous permet de lancer avec Lui, Il choisit de garder le délai et le montant qu’Il va nous rendre pour lui.

Il nous redonnera sous la forme qu’Il souhaite, pas forcément de l’argent d’ailleurs ! Ça peut être sous une autre forme. Par exemple, si tu es en mauvaise santé et que tu donnerais tout pour retrouver la santé, tu verras que tu préfèrerais qu’on te rende ton investissement en santé plutôt qu’en argent.

Ce qui est beau dans ce type de commerce, c’est que l’investissement de départ, on n’a pas eu à le faire. Allah ﷻ nous l’a donné. On arrive dans ce monde avec un bagage, avec déjà des biens à vendre, un étalage. On n’a pas eu à dépenser et à chercher de l’argent à dépenser. Je trouve ça très beau !

 

Pour faire de ta vie une zakat continue, donne ce que tu as reçu !

 

Tu dois te demander comment dépenser de ce que tu as, en dehors même de l’argent. En effet, la zakat ne concerne pas forcément l’argent.

Si Allah ﷻ t’accorde une bonne locution, que tu t’exprimes très bien à l’oral, alors dépense ça dans le bien ! Trouve le moyen de mettre ça à profit. Par exemple, enseigner à des enfants ou des adolescents comment bien s’exprimer. Allah ﷻ t’a donné cette capacité, pourquoi ne l’utilises-tu pas en la prodiguant aux autres ?

Tu es d’accord que lorsque tu auras terminé cette tâche, le fait d’avoir passé du temps à leur enseigner à s’exprimer correctement, tu constateras que cette transmission n’aura pas diminué ton savoir ? Est-ce que ça aura diminué ce qu’Allah ﷻ t’a déjà donné ? On est d’accord que non. Ça, c’est une zakat.

La zakat de la bonne locution qu’Allah ﷻ t’a donnée, c’est d’en donner toi aussi. Ainsi, tu verras que le retour sur investissement va être très intéressant. De la même façon, si tu as appris une science quelconque, enseigne-la à ceux qui la recherchent. Ça sera ta zakat et ta science en sera alors augmentée, fructifiée et embellie.

 

Coran de mon cœur, ma zakat

 

Dans mon cas, c’est exactement ce que je fais avec toi. En effet, je me suis toujours dit que le jour où je terminais la mémorisation du Coran, la zakat pour avoir pu parcourir la totalité du Coran en mémorisation, avec l’aide d’Allah ﷻ, c’était de le transmettre. C’était la plus petite zakat que je puisse donner par rapport à ça, mais pas seulement le transmettre en matière de mémorisation. Il me fallait le transmettre avec ses beautés, en sublimant la transmission du Coran qui est déjà lui-même sublime. Il se suffit à lui-même, il n’a besoin de personne pour être embelli, il l’est déjà. C’est ça ma zakat.

J’ai fait le serment devant Allah ﷻ de continuer à transmettre tant que j’aurai encore un souffle. SoubhanAllah je peux vraiment témoigner de ça. Depuis que j’enseigne, depuis plus de 10 ans maintenant, je me rends compte jour après jour que ça ne fait qu’augmenter. Et ça ne fait pas que croître au niveau du Coran, mais surtout dans bien d’autres facettes de ma vie : familiale, vie professionnelle, santé. Déjà parce qu’il s’agit du Coran, mais aussi parce que c’est la promesse d’Allah ﷻ : un retour sur investissement.

C’est comme si Allah m’empruntait quelque chose et Il me le rend d’une manière où j’en ai besoin. Peut-être qu’à un moment donné c’est de ça que tu auras besoin :

  • la santé,
  • l’argent,
  • la baraka dans ton temps.

Allah va augmenter les niveaux qui ont besoin d’être augmentés. Et les leviers, c’était ton investissement à toi.

 

Faire de notre vie une zakat continue : la mission à réaliser

 

Alors, pour te familiariser avec la notion de zakat, je te propose un petit exercice de ton côté.

Pour que tu puisses vraiment être plus habituée à cette notion de zakat, de prospérité, de bien-être, de purification, je t’invite à trouver une chose, parmi les choses que tu possèdes. Identifie ce talent, cette caractéristique, cette chose qui te définit, cette chose qu’Allah ﷻ a placée chez toi de manière innée. Puis, trouve le maximum de services possibles que tu peux rendre à partir de cette chose-là. Tu verras que les moyens de verser une zakat en continu sont multiples.

Alors, prête à faire de ta vie une zakat continue ?

 

 

Merci d’avoir pris ce temps de lecture. J’espère que cet article sur le fait de faire de notre vie une zakat continue t’aura plu. Si tu penses qu’il peut être utile à d’autres personnes, sens toi libre de partager cet article, et même de laisser un commentaire. Tu peux retrouver aussi davantage de réflexions autour du Coran sur Instagram.
Je confie à Allah ﷻ le soin de préserver ta foi, ton honneur et ton cœur. Je te laisse désormais passer un bon moment avec ton Coran en attendant le prochain article.

Salam aleykoum wa rahmatullah.

Découvre nos formations

Formations, séminaires, accompagnement ou encore masterclass… chez Coran de mon Cœur, nous vous accompagnons vers une relation de qualité avec votre Créateur à travers Sa Parole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies afin de vous offrir une expérience utilisateur optimale. En y naviguant, vous y consentez. Pour en savoir plus, visitez notre politique de confidentialité.